Volume 37 Numéro 1 - Le 30 août 2019

1,75 milliard de dollars sur 8 ans pour aider les producteurs laitiers


«Un producteur laitier qui compte environ 80 vaches en lactation pourrait recevoir un paiement en compensation de 28 000 $ dès la première année. » Photo : Roxanne Lormand

Par Roxanne Lormand
[email protected]


Le Canada compte presque 11 000 productrices et producteurs laitiers. Le 16 août dernier, la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire Marie-Claude Bibeau a annoncé que le gouvernement fédéral allouera la somme de 1,75 milliard de dollars sur 8 ans aux producteurs laitiers du Canada.

La somme considérable est dans le but d’offrir une indemnisation aux producteurs pour l’impact des concessions sur l’accès aux marchés accordées en vertu de l’Accord économique et commercial global (AECG) et de l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP).

Ce montant fait suite à la signature de l’accord avec les États-Unis et le Mexique. Un groupe de travail a été mis en place par le premier ministre Justin Trudeau puisque celui-ci avait promis que les producteurs laitiers détermineraient le montant de l’indemnisation nécessaire pour maintenir une industrie dynamique malgré les concessions faites pendant les négociations commerciales. Le groupe de travail a tenté de calculer les pertes découlant des accords avec l’Union européenne et les pays transpacifiques et est venu à la recommandation d’une indemnisation directe aux producteurs laitiers pour les répercussions négatives de ces accords commerciaux.

Dès la première année, le gouvernement versera 345 millions de dollars sous forme de paiements directs. Ces paiements seront faits de façon proportionnelle aux quotas qu’ils détiennent. Un producteur laitier qui compte environ 80 vaches en lactation pourrait recevoir un paiement en compensation de 28 000 $ dès la première année. Le gouvernement fédéral prévoit mandater la Commission canadienne du lait pour gérer ces paiements. Il veut aussi collaborer avec les Producteurs laitiers du Canada (PLC) pour les années suivantes.

L’AECG, le PTPGP et l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) sont en cause pour les pertes encourues pour la production laitière canadienne. Ces accords ont ouvert la porte à des produits fabriqués à partir de lait provenant de producteurs laitiers de pays étrangers. Les PLC estimaient dans un communiqué « que l’accès aux marchés accordé en vertu de ces accords représente une perte annuelle équivalant à 8,4 % de la production laitière du pays. En ajoutant ces concessions à l’accès déjà accordé dans le cadre de l’OMC, on estime que d’ici 2024, près de 20 % de la demande intérieure de produits laitiers sera satisfaite par les importations. »

Pierre Lampron, président des PLC a déclaré « Bien que nous soyons reconnaissants de l’annonce d’aujourd’hui, nous aurions préféré qu’il n’y ait aucune concession sur notre production laitière intérieure. Le premier ministre a pris un autre engagement : aucune autre concession ne serait faite sur notre marché laitier intérieur dans les futures négociations commerciales. Nous nous attendons à ce qu’il respecte cet engagement également. »

Pour Marc Quesnel, président de l’Union des cultivateurs franco-ontariens et producteur laitier, des doutes subsistent : « On va toujours prendre ce qu’on nous offre en compensation. Toutefois ça ne ramènera pas nos marchés perdus. » Selon lui il faudra voir à long terme le réel impact qu’auront ces accords sur les parts de marchés « Dans sept à huit ans ont ne sait pas comment les montants reçus auront été à la hauteur comparativement aux pertes obtenues. »

Le montant de 1,75 milliard de dollars s’ajoute au programme d’investissement de 250 millions de dollars qui bénéficie déjà à plus de 3 300 producteurs laitiers au pays. Cela représente donc au total 2 milliards de dollars en aide fédérale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *