Volume 33 Numéro 13 Le 11 mars 2016

2015, un grand cru pour l’Union des cultivateurs franco-ontariens


Le directeur général de l'Union des cultivateurs franco-Ontariens (UCFO), Simon Durand et le président du CA, Marc Laflèche, lors de l'AGA de l'organisme qui s'est tenue à Hammond le 3 mars 2016. Crédit Photo: Chantal Quirion


L’année 2015 s’est avérée fertile pour l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO). C’est ce qu’on retenu la cinquantaine de participants réunis le 3 mars à Hammond pour la 87e assemblée de l’organisme. Un vox pop tenu à la clôture de la réunion le confirme.

Plusieurs agriculteurs, des représentants de l’Institut de recherche et de formation en agroalimentaire (IFRA), des acteurs des milieux politique, financier, municipal, coopératif et du développement économique ont écouté avec intérêt le président Marc Laflèche et le directeur général Simon Durand livrer les faits saillants de cet exercice financier particulier et probablement historique. La fondation de la Ferme d’éducation et de recherche du campus d’Alfred (FERCA), pour maintenir le troupeau laitier au Collège d’Alfred, aujourd’hui l’IFRA, arrive en tête du palmarès des réalisations.

FERCA

Plusieurs étapes ont jalonné ce projet ambitieux, dont la fondation de la FERCA, la réalisation d’un plan d’affaires capable de convaincre le milieu financier, les négociations des  ententes pour le renouvellement du  bail avec l’agence gouvernementale qui gère les propriétés de l’État dont celles du Campus d’Alfred, d’autres pour arriver à une entente formelle avec l’Université de Guelph pour le rachat du troupeau et avec DFO pour le transfert du quota, sans parler de la supervision de la gestion quotidienne des opérations à la ferme, incluant l’achat de nouvelles bêtes pour remplir le nouveau quota. L’embauche d’un nouveau gérant en la personne de Mathieu Leduc, ancien producteur laitier et agronome diplômé de l’Université McGill de même que le recrutement d’un stagiaire pour compléter l’équipe, ont tenu l’équipe du CA de l’UCFO et son directeur général Simon Durand, fort occupés. L’effort en valait la chandelle puisque finalement, la FERCA a obtenu un prêt de quota bonifié qui lui a permis de passer de 36 kg  50 kg.

« Au cours de 2015, votre UCFO a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure en tant que producteur de lait biologique », a annoncé M. Laflèche en soulignant que cette décision de l’UCFO avait comme objectif de permettre aux étudiants de l’IFRA  de pouvoir continuer à bénéficier d’un volet de formation pratique  et  à rétablir la mission  de recherche en production animale dans l’enceinte.

D’ailleurs, la réponse à la demande d’accréditation pour le volet recherche est rentrée le jour même de l’AGA, annoncée comme une excellente nouvelle.

« On a obtenu notre accréditation temporaire. Cela veut dire que depuis ce matin on a les outils pour mener pleinement notre mission », a fait valoir M. Durand.

Sous une bonne étoile

M. Laflèche faisait remarquer que pour une deuxième année consécutive, l’AGA de l’UCFO était marquée par un heureux dénouement puisque l’an dernier, le communiqué confirmant l’avenir du Campus d’Alfred sous la tutelle de La Cité avait été reçu alors que l’assemblée battait son plein. Les applaudissements n’avaient pas tardé.

Relève agricole

D’autres projets ont connu des avancées majeures au cours de la dernière année, dont celui du Fonds de la relève agricole franco-ontarienne qui a remis ses premières bourses en 2015. Grâce à un partenariat entre l’UCFO et l’Association communautaire de Sarsfield  pour l’organisation d’un tournoi de golf annuel dont les profits viennent garnir les coffres du Fonds créé en 2006, cinq initiatives ont pu être encouragées, représentant une somme totale de 12 000 $. Ainsi, Félip Duval et Mikaël Racine ont reçu chacun 500 $ en guise d’encouragement pour la poursuite de leurs études de niveau post secondaire en agriculture. Deux entreprises, la ferme Bottes à Carottes et la ferme l’Artisan ont été récompensées de 5 000 $ chacune pour poursuivre leur développement. Finalement, dans la catégorie « Étude de projet », Sonia Fournier et Nicolas LeBourhis se sont vu accorder 1 000 $ pour entamer une étude de faisabilité.

Patrimoine humain

Grâce au support financier de Patrimoine Canada, un site web est sur le point d’être lancé, lequel offrira le portrait de bâtisseurs et de bâtisseuses puisés au sein de la grande communauté rurale francophone de l’Ontario. En 2015, un jury indépendant a été formé pour procéder à la sélection des candidats et la rédaction des portraits de 26 personnes et trois fermes ancestrales est complétée. L’UCFO, fière d’honorer une personne à titre posthume chaque année avec le Mérite agricole, considérait que malgré tout, plusieurs personnages phares restaient dans l’ombre. D’où ce site dont le contenu augmentera au fil du temps.

« On veut diffuser de façon beaucoup plus large la contribution de ces gens à la communauté agricole franco-ontarienne. Ça va être en quelque sorte, notre Temple de la renommée et on va travailler pour le faire grandir », a commenté M. Durand.

Toujours dans ce même esprit de reconnaissance, l’UCFO a procédé dans la dernière année, à la remise du Mérite agricole à feu M. Louis-Ernest Brisson, agriculteur, homme d’affaires et personnalité politique de Casselman.

Pour leur part, les producteurs avicoles Hélène et Laurent Souligny ont été sous les projecteurs lors de la remise du Prix d’excellence en agriculture Pierre-Bercier 2105. Très ému, le couple de Saint-Isidore a vu ses accomplissements soulignés à grands traits.

Journal Agricom

Avec la FERCA, l’UCFO se retrouve à la tête deux sous organismes, l’autre étant le journal Agricom, seul journal francophone agricole en Ontario, dont les membres du conseil d’administration sont les mêmes que ceux de l’UCFO.

Par le biais d’Agricom, l’UCFO poursuit son objectif de couvrir l’actualité agricole francophone provinciale. La version papier qui rejoint environ 6 000 lecteurs est bonifiée par l’apport du site Internet et de l’interaction avec le public sur Facebook.

La triple structure que nous avons maintenant, soit l’associatif avec l’UCFO, l’information et communication avec l’Agricom et la formation avec la FERCA nous permet d’accomplir de grandes choses pour notre communauté et nous permet également de rêver d’en faire encore plus », a conclu M. Durand.

Mentionnons par ailleurs que l’UCFO a triplé son volume pour le service de traduction.  De plus en plus d’organismes agricoles anglophones font appel à son expertise ce qui se traduit par une meilleure disponibilité de l’information pour les francophones. Et finalement, le volet de formation continue demeure un créneau important de l’organisme qui a offert six ateliers en 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *