Le 21 avril 2004

2e Symposium économique du RJEA: Une journée exaltante!

Par Chantal Quirion


Marie-Bénédicte Pretty, invitée pour parler de la mise sur pied d’une micro-fromagerie: « Si vous y pensez, prévoyez au moins deux ans entre le début des procédures et la création de votre micro-fromagerie. Et surtout, goûtez et goûtez encore les fromages

Profiter de l’expertise et des conseils de tous les intervenants du milieu. Voilà à quoi étaient conviés les participants au 2e symposium économique du Réseau des jeunes entrepreneurs en agroalimentaires de l’Ontario. Intitulé « L’Agriculture en tête de la chaîne », l’événement a rassemblé plusieurs conférenciers notoires.
Du domaine de la transformation, de la restauration spécialisée en produits du terroir en passant par la viticulture, la mise sur pied d’une micro-fromagerie et l’art de développer sa production laitière en conséquence, le rythme trépidant des ateliers se succédant, n’a guère laissé de place à l’ennui.

À l’issue de cette journée, une des consignes émergeantes est « l’union ». Que ce soit sous forme coopérative ou par association professionnelle, les regroupements augmentent de beaucoup les chances de réussite d’une entreprise. En général le partage d’information qui s’y opère est bénéfique et l’expérience des uns et des autres permet d’éviter de commettre certaines erreurs. C’est une bonne façon de rester à jour dans son domaine et de demeurer stimulé à avancer. Les témoignages de plusieurs conférenciers en ont fait foi.

Ce symposium a mis à la portée des participants, une mine d’information sur de nombreux produits financiers à leur disposition, dont certains spécialement conçus pour le milieu agricole ou agroalimentaire comme les en informait François Allard de la Financière agricole du Canada. En prenant connaissance des services offerts par leur Société d’aide au développement des collectivités (SADC), ils savent maintenant où aller cogner pour cheminer dans les méandres des programmes gouvernementaux existants. Lynne Groulx de la Société d’aide au développement communautaire de Prescott-Russell les a fortement incités à venir y faire un tour avant de rencontrer leur institution financière. Les SADC aident dans les démarches de demande de financement et elles peuvent prêter une partie des montants à taux avantageux.

De cette journée bien remplie, il est ressorti que percer dans le secteur agroalimentaire est un travail de longue haleine, qu’il ne faut pas se décourager et qu’il faut multiplier les visites aux gens qui fabriquent des produits semblables aux siens. Les participants ont émis unanimement le besoin criant d’être soutenus techniquement pour faire les démarches administratives pour la mise en marché ou pour l’obtention de permis de transformation. Ils se disent débordés par le travail qu’implique leur production et que pour l’heure, le processus administratif est si lourd qu’ils en sont découragés.

Grand bien leur fasse, le président de l’UCFO, Pierre Bercier a affirmé à cette occasion que l’Union ainsi que d’autres acteurs clefs du développement agricole ont identifié ce problème et qu’ils ont formé un partenariat justement pour répondre à ce besoin. Si tout ce déroule comme prévu, un centre d’expertise et de soutien en développement agroalimentaire verra le jour dès octobre prochain et sera hébergé dans les locaux du Collège d’Alfred. Trois personnes ressources seront dès lors à leur disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *