Autres

À cause du temps très chaud et sec des dernières semaines Premier niveau d’alerte pour la sécheresse dans l’Est ontarien


info.agricom@atreide.net


Premier niveau d’alerte pour la sécheresse Bien que le niveau de la rivière Nation Sud se maintienne au-dessus des plus bas records, l’absence de précipitations constitue une source d’inquiétude pour la Société de Conservation de la Nation Sud (CNS) dans l’extrême est de l’Ontario.

Selon Dennis O?Grady, directeur général de la CNS, le débit de la rivière au début du mois d’août était de 75 % inférieur au débit normal pour cette période de l’année.

Toutefois, il était encore de trois à cinq fois supérieur aux plus basses marques enregistrées historiquement. «Même s’il n’y a pas encore lieu de paniquer, la situation est tout de même sérieuse», considère le directeur général. «On incite les résidants du bassin à réduire leur consommation d’eau potable», ajoute-t-il. Sécheresse de premier degré Par contre, la Société a convoqué son équipe d’intervention lundi dernier, suite à la déclaration par le ministère des Richesses naturelles que la sécheresse avait atteint le niveau I dans l’Est de l’Ontario. «L’équipe d’intervention doit définir les mesures à prendre en cas de sécheresse et voir à leur mise en oeuvre», a déclaré Dennis O?Grady. Les membres du Comité d’intervention, qui se compose d’agriculteurs et de représentants des industries, des municipalités et d’autres organismes qui s’occupent de la gestion de l’eau, discutent des mesures à prendre pour réduire la consommation de l’eau. «Ces mesures doivent avoir pour résultat de maximiser l’approvisionnement en eau, tout en réduisant la demande», précise le directeur général. «Pour le moment, ces mesures sont facultatives. Si nous devions atteindre les niveaux II et III, nous pourrions devoir imposer des restrictions obligatoires», de souligner M. O?Grady.

Le niveau de la rivière est encore assez élevé
Pour le moment, selon M. O?Grady, les usines de traitement de l’eau des villages de Casselman et de Plantagenet continuent à s’alimenter normalement à partir de la rivière Nation Sud. En fait, le niveau de la rivière est encore assez élevé pour que l’eau puisse couler au-dessus des barrages. De même, à Chesterville, la prise d’eau de l’usine de Nestlé Canada est encore à deux pieds sous le niveau de la rivière, révèle la CNS.

Au cours des derniers étés secs, le niveau de la Nation Sud aurait tellement baissé «que la compagnie avait dû presque cesser temporairement ses opérations», ajoute la CNS. Le ministère des Richesses naturelles avait préparé, à l’occasion de la sécheresse de 1999, une politique servant à déterminer le niveau de sécheresse selon les précipitations et le niveau des cours d’eau. L’indice le plus élevé, soit l’indice III, s’applique lorsque le débit des rivières est égal à 70% du plus bas débit estival enregistré. Malgré le temps sec, «le débit des rivières du bassin de la Nation Sud serait bien supérieur aux plus bas niveaux jamais inscrits», conclut la CNS. Reprise de la surveillance de la nappe d’eau souterraine dans l’Est ontarien Par ailleurs, le ministère de l’Environnement de l’Ontario (MEO) a rétabli son programme de surveillance des puits et ce sont les offices de protection de la nature qui seront chargés des opérations.

Le MEO a tenu une session de formation à la CNS afin d’expliquer à quatre offices de protection de la nature le fonctionnement de l’équipement servant à vérifier la qualité de la nappe d’eau souterraine. Aucun nouveau puits ne sera foré en vertu de ce programme; seuls les puits déjà existants seront utilisés. La surveillance de chaque puits requiert 10 000 $ d’équipement et c’est le MEO qui assumera cette somme.

La CNS contrôlera 10 puits répartis sur son territoire. Une nouvelle évaluation environnementale des offices de protection de la nature Le ministère de l’Environnement révise présentement une nouvelle évaluation environnementale (ÉE) par catégorie pour les 38 offices de protection de la nature de l’Ontario. La nouvelle évaluation établira un format commun pour les projets des offices de protection portant sur les mesures à prendre pour contrôler les inondations et l’érosion. Elle accélérera également les processus d’approbation et de réalisation des projets. La CNS a déjà utilisé la formule existante d’ÉE pour plusieurs projets visant à contrôler les inondations et l’érosion sur le territoire de son bassin hydrographique. La nouvelle ÉE par catégorie est une simple mise à jour et une extension de la précédente. Les personnes qui désirent obtenir une copie du document doivent communiquer avec la CNS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *