Volume 35 Numéro 09 Le 15 décembre 2017

Albert Gauthier, un agriculteur à la retraite honoré pour son apport à la francophonie


M. Albert Gauthier de Earlton est au nombre des six récipiendaires de la médaille de l’Ordre de la Pléiade pour l’année 2018.

Par Chantal Quirion


M. Albert Gauthier de Earlton est au nombre des six récipiendaires de la médaille de l’Ordre de la Pléiade pour l’année 2018.

La Pléiade, Ordre de la Francophonie et du dialogue des cultures, est une initiative de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) qui a vu le jour en 1976. Elle est destinée à reconnaître les mérites de personnes qui ont contribué à l’épanouissement de la langue française en Ontario.

M. Gauthier est bien connu à cet égard autant qu’il est apprécié pour sa contribution au secteur agricole, deux causes qui lui ont toujours tenu à cœur.

Il est récipiendaire, notamment du Prix d’excellence en agriculture Pierre-Bercier, prix décerné à M. Gauthier et son épouse Jeanne d’Arc Gauthier par l’Union des cultivateurs franco-ontariens en 2010.

M. Gauthier tient d’ailleurs à souligner que cette médaille qu’il recevra officiellement lors d’une cérémonie au printemps prochain, aurait tout autant pu être décernée à son épouse. Tous les deux ont souvent œuvré ensemble au fil des ans.  Ils ont joué un grand rôle dans le caractère bilingue du Concours international de labour qui s’est tenu à Earlton en 2009. Ceci, parce que Mme Gauthier, aidée de sa fille Jacqueline et quelques autres proches ont pris en main de traduire en français tous les documents relatifs à la tenue des cet événement prestigieux.

« Pour le Concours de labour, j’aurais aimé que ma femme soit reconnue. Elle avait fait beaucoup d’ouvrage »,  mentionne M. Gauthier en expliquant qu’en bonifiant le CIL d’un aspect francophone, ils ont réussi à en faire un véritable succès en attirant entre autres, les Québécois qui sont nombreux dans cette région divisée par la frontière entre le Québec et l’Ontario.

Pour sa part, autrefois producteur laitier, M. Gauthier a été très actif dans son milieu, autant sur la scène régionale que provinciale. On ne compte plus les organismes qui ont bénéficié de son leadership. Entre autres,  pendant plus de 40 ans au sein du conseil d’administration du Comité du lait du Témiskaming, il en a été président pendant 25 ans. Là comme ailleurs, sa détermination à faire respecter les droits des francophones a été un trait dominant.

« Je suis un gars qui essayait d’améliorer les choses et qui voulait faire certain qu’on s’enlignait dans la bonne direction. Au comité laitier, je me suis toujours assuré que ce soit bilingue et lors des assemblées générales annuelles, lorsque je m’adressais aux producteurs, je m’assurais que les points importants soient présentés dans les deux langues », poursuit le nouveau médaillé de l’Ordre de la Pléiade.

Cet honneur, c’est une belle surprise, dit-il. 

« Je ne m’attendais plus à rien de cela (les honneurs). J’ai  été reconnu dans notre district, reconnu avec l’Union des cultivateurs franco-ontariens et je pensais que  j’étais retombé dans l’ombre et que j’étais pour y rester. C’est sûr que ça me flatte  un peu, en fait, pas mal », avoue  M. Gauthier.

C’est le député provincial de la circonscription Timiskaming- Cochrane, John Vanthof qui a soumis la candidature de M. Gauthier pour l’Ordre de la Pléiade.

La cérémonie d’investiture se déroulera au printemps de 2018 à l’Assemblée législative de l’Ontario à Toronto.

Les récipiendaires qui seront décorés de l’insigne de l’Ordre de la Pléiade :

  • Mme Ghislaine Desjardins (Elliot Lake)
  • Dre Jeanne Drouin (Plantagenet)
  • M. Albert Gauthier (Earlton)
  • Mme Fété Ngira-Batware Kimpiobi (Welland)
  • Mme Marcelle Lean (Toronto)
  • Mme Bernadette Sarazin (Ottawa)

Les cinq grades de l’Ordre de la Pléiade sont : Chevalier, Officier, Commandeur, Grand Officier et Grande Croix.

L’APF regroupe des parlementaires de 83 parlements ou organisations interparlementaires réparties sur les cinq continents. Son action vise principalement à promouvoir et défendre la démocratie, l’État de droit, le respect des droits de la personne, le rayonnement international de la langue française et la diversité culturelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *