Volume 26 Numéro 1 Le 20 août 2008

Attachants, ces alpagas!

Par André Dumont, collaborateur régulier


L’Allemande Nadine Jänicke est venue passer un an à la Ferme Camino. Photo ©Agricom

C’est en allant faire tondre ses chiens tout près de chez elle que Lucie Savage voit pour la première fois un alpaga. C’est le coup de foudre !

De retour à la maison, elle entreprend des recherches sur Internet. Quand son mari Jean Dupuy rentre à la maison, son dossier sur les alpagas est prêt. Ça y est: le couple a enfin trouvé ce qu’il ferait de la fermette qu’il vient d’acheter à Limoges.

Les premiers animaux sont achetés en mars 2002, pour arriver sur la ferme en juin suivant. Le troupeau se met à grandir, beaucoup plus rapidement que prévu. On se retrouve avec 40 animaux en pension !
Avec tant de pensionnaires, Lucie et Jean se permettent de mêler du sang neuf à leur propre troupeau et d’y ajouter 13 nouveaux membres.

Aujourd’hui, ils ont une soixantaine d’animaux. Cette année seulement, ils s’attendent à environ 25 naissances. Pour leur donner un coup de main, ils ont invité l’Allemande Nadine Jänicke, qui voudrait un jour étudier en soins vétérinaires, à venir passer un an chez eux.

En partant d’Orléans pour s’établir à la campagne, Lucie et Jean ont conservé leurs emplois à Ottawa, elle en ressources humaines, lui en services sociaux.

« Nous voulions changer notre style de vie », raconte Jean.
En 2001, avant de déménager à Limoges, le couple parcourt à pied les 750 km du pèlerinage de Compostelle, en Espagne. Ce périple sur « El Camino » leur inspirera le nom de leur ferme.

Au début, ils ne savent que faire de leurs 75 acres, dont 60 sont en foin. Jean songe à établir un atelier dans la grange. Avec les alpagas, il s’est vite trouvé un autre passe-temps.

La Ferme Camino s’est rapidement taillé une réputation enviable dans le monde des éleveurs d’alpagas. Ses sujets sont présentés dans plusieurs concours. Grâce à une génétique toujours en amélioration, elle remporte de plus en plus de prix.

En 2007, Lucie et Jean remportent le prix Grand champion au Navan Fair Alpaca Show (Concours d’alpagas de la foire de Navan) avec Duke of the Mountain, un mâle qu’ils venaient d’acheter. « Le plus intéressant, ce sera de voir quels animaux nous obtiendrons avec lui sur notre ferme », dit Jean.

Le Concours d’alpagas de la foire agricole de Navan

Lucie et Jean sont d’ailleurs les grands organisateurs du Concours d’alpagas de la foire agricole de Navan, près d’Ottawa. Cette année, pour sa quatrième édition, le concours a attiré environ 40 éleveurs, avec 70 animaux participants.
La particularité du concours de Navan est d’inclure une compétition de toisons. Les animaux et leurs maîtres n’ont pas à être présents. C’est ainsi que cette année, 87 toisons ont été jugées, en provenance de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de l’Ontario, du Québec et des Maritimes.
En s’impliquant ainsi, Lucie et Jean tissent des liens et s’attirent des clients pour leurs sujets et leur service de saillie. À chaque année, plusieurs femelles viennent à la Ferme Camino, le temps de se faire saillir par un mâle de bonne réputation. Tout dépendant du mâle, la saillie peut coûter de 700 $ à 4000 $.
La fibre constitue une troisième source de revenus. La laine des alpagas de la Ferme Camino est expédiée pour revenir sous forme de bas, laine à tricoter, semelles intérieures, couvertures ou chandails. Les produits sont vendus à la ferme et dans des événements culturels.
« C’est une fibre qui se compare à du cachemire, dit Lucie. Elle est plus chaude que la laine de mouton et elle ne pique pas ! »
Cette année, la Ferme Camino participe pour la première fois à Agri-Tour. Pour Lucie et Jean, ce sera une merveilleuse occasion de montrer aux visiteurs à quel point les alpagas sont des animaux doux, facile à élever et sympathiques !
Coordonnées : Ferme Camino (no 6 sur l’encart Agri-Tour), 613-443-3741, 1789 route 200, Limoges Ferme Camino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *