Le 5 février 2003

Au-delà de la bonne bouffe

Par Lise-Anne Pilon-Delorme, collaboration spéciale


Oh qu’il fait froid cet après-midi! Par bonheur, Georges Missey m’accueille chaleureusement. Il est copropriétaire du Domaine Bourget depuis 1998 avec sa conjointe Barbara. Ce charmant lyonnais d’origine m’invite immédiatement à faire une visite des lieux. Il doit faire quelques courses pour le souper de ce soir. Des agriculteurs et membres de l’UCFO sont en formation de deux jours et profitent des installations. Il me prépare un bon café et il file faire ses devoirs en disant: « Je vais répondre à toutes vos questions dès mon retour ». Je bénéficie donc d’un peu de temps pour fouiner un peu partout.

Le Domaine Bourget, situé en bordure de la forêt Larose, offre une table champêtre qui vous transporte au milieu du 19e siècle à l’époque où les peintres impressionnistes de France s’installaient quelques mois dans une auberge pour créer leurs oeuvres. Puis, ils laissaient derrière eux, en guise de paiement à l’aubergiste, quelques toiles de leur cru. Ces peintres de la bourgeoisie française appréciaient la bonne table. Ils inscrivaient leurs recettes favorites dans un carnet qui plus tard étaient reprises par leur épouse ou leur famille lors de dîners mondains.
Les menus du Domaine Bourget s’inspirent principalement de la table de Renoir, de celle de Monet et peut-être aussi de tous les autres impressionnistes qui ont donné leur nom à chacune des 8 chambres à coucher de l’auberge. Dans un décor rempli d’antiquités à l’européenne, Georges et Barbara vous proposent une table d’hôte variée et de très bonne qualité. Barbara a soigneusement exploré toutes les recettes afin de s’assurer que sa cuisine rejoigne toutes les exigences d’un menu-santé bien balancé. Après tout, elle est diététicienne de profession!

Je vous conseille d’essayer la tarte à l’oignon en entrée chaude. Une salade aux endives et champignons pourrait suivre et comme plat de résistance, mon choix se dirige vers l’Entrecôte à la Briarde ou le Canard à l’orange, pour les mordus des viandes. Les amateurs de poissons sauront se régaler du filet de truite normande sauce crevette et vin blanc.

Puis levez-vous, question de vous préparer pour les plats à venir. Faites une petite promenade du côté de la bibliothèque qui se situe au premier étage. L’exercice c’est bon pour la santé et ça aide à digérer. Vous risquez de découvrir un livre à votre goût. J’ai été impressionnée par la beauté et la dimension de cette bibliothèque. J’aimerais bien la retrouver chez moi. Vous comprenez, auteur oblige!
Après avoir fait ce saut en sauvette, il faut se rasseoir à la table car le plateau de fromage nous attend, accompagné d’un bon vin rouge, de biscottes et de noix. Il ne me reste qu’une petite place pour le dessert? à moins d’avoir l’estomac de Gros Pierre. Son choix s’arrête incontestablement sur la tarte au citron de Renoir. Alain opte pour le parfait au chocolat. Moi, les fraises chantilly feront bien mon affaire!

Après un si bon repas, rien de mieux qu’un petit Porto confortablement assis dans le salon à discuter. Si vous êtes un vieux couple et n’avez plus rien à vous dire, laissez-vous bercer par la musique d’ambiance en lisant le livre que vous aurez déniché. Il se fait tard, allez au lit! Rêvez du petit déjeuner que l’on vous servira dans la Verrière. Ce petit coin ensoleillé offre un vue prenante des six acres de terrain des propriétaires. Elle s’ouvre sur la terrasse qui fait face à la piscine extérieure.

Puisque c’est le mois de février, qu’il fait froid et que l’on a envie de se coller, je vous suggère d’oublier la lecture. Messieurs, un rappel! Février c’est la St-Valentin. Demandez de voir le menu du soir de la St-Valentin ou réservez pour le brunch régulier à $15 par personne ou celui à thème à $25 (cuisine normande, provençale asiatique ou italienne).

Si votre portefeuille est plus généreux, je vous suggère le forfait Cocon. Un cocktail vous sera servi à 18h, un souper de cinq services, une nuitée au Domaine et un petit déjeuner (pas au lit). La plus grande chambre est appelée Pissaro. Pissaro était un des maîtres impressionnistes de son temps (1830-1903). Elle comprend un ameublement centenaire en bois de style lyonnais avec lit et commode scupltées, une table à déjeuner intime et un ancien secrétaire. Une chaise installée dans la petite mezzanine vous invite à la détente. Regardez le ciel par une nuit étoilée par le puits de lumière. Mais n’oubliez pas de revêtir la robe de chambre et les pantoufles qui sont déposées pour votre confort. Si vous planifiez vos épousailles, l’auberge vous ouvre ses portes avec son forfait ?Mariage Intime?. Ce forfait est basé sur deux journées et une nuit.

Georges est de retour. Tout en s’affairant à peler les pommes de terre, il m’informe qu’il possède une formation technique en photographie. Cela lui permet d’imprimer les moments les plus mémorables de votre mariage. Pour l’occasion, Marc Scott, célèbre la cérémonie laïque à l’intérieur ou dans le jardin. Tulle, ballons blancs et chandeliers décorent l’intérieur de l’auberge. Un cocktail suivi d’un repas à six services est offert. Le Domaine Bourget propose entre autres un forfait corporatif.

En septembre 2001, l’auberge Le Domaine Bourget reçoit une cote de 4 étoiles par Canada Select. Cet organisme national dans le domaine de l’hôtellerie reconnaît la qualité exceptionnelle des hébergements offrant un très grand éventail d’installations (bain tourbillon, sauna, bain vapeur, piscine extérieure, salle de conférence, élévateur pour fauteuils roulants et bien d’autres). En octobre 2001, un autre prix s’ajoute. Le prix Phénix décerné par la chambre économique de l’Ontario dans la catégorie ?Nouvelle entreprise?.
Le Domaine Bouget peut accueillir 30 personnes dans la salle à dîner Renoir, 20 personnes dans la salle à dîner Toulouse et 14 personnes dans laVerrière. Georges et Barbara emploient plusieurs personnes à temps partiel pour le service ainsi que des finissants de La Cité collégiale qui ont poursuivi leurs études en cuisine ou en hôtellerie.

Je vous suggère fortement de faire une visite à l’Auberge Le Domaine Bourget, la cuisine en vaut le coup, l’atmosphère est sereine et les hôtes sont charmants. Bon appétit.

Auberge Le Domaine Bourget, Barbara ou Georges Missey, 4105 Chemin Bouvier, Bourget (On) 613-487-3277 ou 1-866-487-3277 (www.domainbourget.com).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *