Le 5 août 2004

Aucun changement aux prix de soutien laitiers

Par Agricom


Contrairement aux souhaits exprimés par de nombreux intervenants dont les producteurs laitiers eux-mêmes, souhaitant un rajustement plus régulier des prix laitiers et un rattrapage réel, la Commission canadienne du lait (CCL) a annoncé le 15 juillet dernier que les prix de soutien du beurre et de la poudre de lait écrémé ne changeront vraisemblablement pas avant le 1er février 2005.

Les commissaires de la Commission canadienne du lait en sont arrivés à cette décision au terme de consultations avec les acteurs importants de l’industrie, dit la CCL. Les commissaires auraient pris en compte les données préliminaires de 2003 sur le coût de production qui mesure l’impact de l’ESB sur la hausse des coûts des producteurs, les fonds de secours que distribue actuellement le gouvernement fédéral pour venir en aide aux producteurs laitiers aux prises avec l’ESB, et les répercussions sur le marché que pourrait entraîner l’abandon de la formule actuelle qui prévoit un seul ajustement par année des prix de soutien.

Le président de la CCL, M. John Core, a déclaré que  » la CCL s’engage à ajuster de façon importante le prix de soutien qui sera annoncé en décembre et qui entrera en vigueur le 1er février 2005 « . Cet engagement reconnaît les conséquences persistantes de la crise de l’ESB, la perte de revenus chez les producteurs occasionnée par la décision récente de l’OMC limitant les exportations canadiennes de poudre de lait écrémé, et l’assurance donnée par la CCL que 50 p. cent des producteurs laitiers recouvreront leur coûts de production d’ici 2006.

Les prix de soutien sont les prix auxquels la CCL achète et vend le beurre et la poudre de lait écrémé afin d’équilibrer les variations saisonnières de l’offre et de la demande sur le marché intérieur. Les prix de soutien servent aussi de référence aux agences provinciales pour l’établissement des prix du lait vendu aux transformateurs qui fabriquent des produits laitiers comme le beurre, la poudre de lait écrémé, le fromage, le yogourt et la crème glacée.

Les producteurs  » atterrés « 
Les Producteurs laitiers du Canada (PLC) ont immédiatement réagi à l’annonce de la CCL en faisant savoir qu’ils étaient  » atterrés « .

 » La Commission canadienne du lait a perdu tout contact avec la réalité des producteurs, a même déclaré le nouveau président des PLC, Jacques Laforge. Le mandat de la CCL l’engage à assurer des revenus convenables aux producteurs laitiers. De voir qu’elle reconnaît qu’il y a des pertes subies par les producteurs et qu’elle ne fait rien pour ajuster les revenus en conséquence nous laisse pantois.  »

Après avoir déduit l’assistance offerte par les gouvernements, les pertes des producteurs laitiers dépassent déjà les 200 millions de dollars, selon les PLC,  » et les producteurs continuent d’essuyer des pertes chaque jour « .

Une partie du choc pour les producteurs vient de que la Commission canadienne du lait a écrit en juin:  » Il en ressort que les producteurs laitiers ont subi une perte de revenu considérable au cours de cette période. La CCL envisage donc annoncer un ajustement du prix de soutien qui entrerait en vigueur le 1er septembre.  »

La prise de mesures qui accorderaient aux agriculteurs un rajustement spécial tenant compte de l’augmentation de leur coût suite à la crise de l’ESB aurait eu un effet minime sur les prix pour les consommateurs. Les restaurants ou les détaillants ne se gênent pas pour majorer leurs prix de quelques cents pour augmenter leurs profits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *