Le 17 septembre 2003

Aucun débat électoral sur l’agriculture en Ontario

Par Pierre Glaude, éditeur délégué Journal Agricom


Même en pleine crise, la deuxième industrie en importance en Ontario en terme de création d’emplois (600,000 emplois) semble susciter peu d’intérêt auprès des stratèges des partis en pleine lutte électorale.

En effet, la grave crise économique agricole engendrée par la fermeture des frontières étrangères au boeuf canadien en raison d’un cas de la maladie de la vache folle n’a pas réussi à sortir de l’arrière-plan les préoccupations du secteur agricole.

Des promesses vagues et traditionnelles

Une analyse comparative des plates-formes électorales des trois principaux partis effectuée par la Fédération de l’agriculture de l’Ontario (FAO) révèle que peu d’effort a été consacré à l’élaboration de programmes précis et d’idées nouvelles pour appuyer le secteur agricole.

Au chapitre de l’aide directe aux agriculteurs, le parti conservateur promet un investissement de deux milliards sur cinq ans sans plus de précisions. Pour sa part le parti libéral promet d’examiner toute la question de nouveaux filets de sécurité avec le gouvernement fédéral et voudrait développer « une nouvelle génération de filets de sécurité et de programmes accompagnateurs ».

De son côté, le parti néo-démocrate parle d’un nouveau « système de fixation du prix des produits de base qui permettrait aux agriculteurs de recueillir un juste prix pour les aliments qu’ils produisent ». Ceci, selon le NPD réduirait le besoin pour des subventions et les économies ainsi réalisées contribueraient à la création d’un fonds d’aide en cas d’imprévus.

L’énergie

Au chapitre de l’énergie les conservateurs et les libéraux gèleraient les prix de l’électricité. Le NPD pour sa part mettrait un terme à la déréglementation et à la privatisation de l’électricité.

Les trois partis promettent aussi d’exiger que toute l’essence vendue en Ontario contienne 5 % d’éthanol en 2007 et 10 % d’éthanol en 2010. De plus, ils proposent de légiférer pour rendre obligatoire une proportion de biodiesel dans le carburant diesel.

La gestion des matières nutritives

Sur la question de la loi sur la gestion des éléments nutritifs, les conservateurs et les libéraux se veulent rassurant.

Le parti conservateur affirme que les nouvelles fermes et les grosses entreprises agricoles devront se conformer aux exigences de la nouvelle loi sur la gestion des éléments nutritifs. Par contre, les petites fermes existantes ne seront pas assujetties à la loi tant qu’un programme d’aide financière n’aura pas été mis en place. Son de cloche semblable du côté des libéraux. On parle vaguement de règles plus efficaces pour la gestion des matières nutritives mais dans un même souffle, on promet de l’aide financière pour aider à payer pour les coûts engendrés par les nouvelles mesures. Toujours selon l’analyse comparative de la FAO, le NPD est resté silencieux sur ce sujet.

Sur bien d’autres plans les promesses des partis sont essentiellement les mêmes. Par exemple, les trois partis parlent une fois de plus de protéger les bonnes terres agricoles et de mieux contrôler l’étalement urbain. Il en est de même des questions de développement rural et de l’infrastructure en milieu rural. On parle d’amélioration des routes, des ponts et des infrastructures d’eau et d’égout et de nouveaux investissements pour maintenir ouvertes les écoles en milieu rural.

Quelques différences

Les conservateurs réaffirment de nouveau que l’application de la loi sur les armes à feu ne sera pas une priorité. Les deux autres partis restent muets à ce sujet.

Les libéraux, par ailleurs, précisent qu’ils rendront illégal l’épandage des boues des villes sur les terres agricoles.

Le NPD, par ailleurs, promet de faire la vie dure à l’utilisation des pesticides à des fins esthétiques.

La jeunesse absente

Mise à part, la promesse des conservateurs d’augmenter l’aide aux clubs 4-H, les trois partis n’ont pas tenu compte de la question de la relève agricole. Aucune mention n’est faite de l’aide à la formation agricole et aucun des partis n’a abordé la question de l’aide à l’établissement de la relève sur la ferme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *