Le 3 mars 2004

Banquet-théâtre de l’UCFO: un événement à ne pas manquer!

Par Chantal Quirion


Dans La noce d’Antoine et Corine, les spectateurs prendront part à de grands moments dont la célébration d’un mariage. Chantal Gaudreau (Corine) laisse Louise Chartrand (sa mère), apporter la dernière touche à sa toilette alors qu’elle s’apprête à prononc

La soirée du 27 mars prochain, sera l’occasion d’une grande première avec la présentation de la pièce « La noce d’Antoine et Corine » qui prendra son tremplin lors du banquet-théâtre de l’Union des cultivateurs franco-ontariens. Créée dans le cadre des célébrations du 75ième anniversaire de l’UCFO, cette comédie musicale mettra en vedette des agriculteurs et des agricultrices. La pièce succédera à un fastueux banquet où les produits du terroir seront mis en valeur. L’UCFO vous convie dès 17h (5:00 PM), au Centre récréatif d’Embrun, pour débuter la soirée avec un cocktail.

Organisée dans le cadre des célébrations du 75ième anniversaire de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, cette soirée où les plaisirs de la table et du divertissement seront réunis, sera l’occasion d’échanger entre membres, amis et supporteurs de l’UCFO.

Le banquet

Comme le veut la tradition, qui dit célébrer, dit s’attabler. Les amateurs de bonne chair seront bien servis avec le menu proposé, où les produits du terroir de l’Est ontarien, seront judicieusement exploités. Le boeuf, les produits laitiers et le sirop d’érable y seront en vedette, histoire de se régaler mais aussi de montrer que l’UCFO n’a rien perdu de sa confiance en l’industrie bovine.
Des invités d’honneur prestigieux s’ajouteront à la liste des surprises et leur identité ne sera dévoilée qu’au tout dernier moment.

« La noce d’Antoine et Corine »

« La noce d’Antoine et Corine » est sans contredit le plus beau cadeau qui pouvait être offert à l’Union des cultivateurs, pour son 75e anniversaire. Don de temps, de persévérance et d’audace, cet ambitieux projet atteste de la vitalité de la communauté agricole et de l’importance qu’elle accorde à son patrimoine auquel l’UCFO est intimement lié.
Avec une distribution de vingt-trois comédiens, tous des gens du secteur agricole et en majorité des agriculteurs et agricultrices, en plus des musiciens et des chanteurs, la pièce sous la direction de Julie Henri, une enseignante de St-Pascal Baylon, aura nécessité plusieurs pratiques au cours des derniers mois.

C’est tout un défi qu’ont surmonté ces comédiens en acceptant de monter sur la scène. Hormis Louis Racine qui figure au nombre des comédiens, pour la majorité d’entre eux, il s’agit d’une première expérience: « Nous sommes partis de zéro, constate madame Henri. Les acteurs n’étaient pas habitués et manquaient de confiance en eux. Maintenant, ils voient de quoi ils sont capables et ils en retirent beaucoup de fierté », affirme la metteure en scène. Celle-ci n’en est pas à sa première expérience et on a pu apprécier son talent lors du spectacle « La veillée des 2000 souvenirs « .
La noce d’Antoine et Corine , propose une série de tableaux qui s’enchaînent à l’aide de pièces musicales, qui par leur style, donnent le ton de l’époque. Avec Louis Racine comme « câleur », les spectateurs seront plongés dans l’atmosphère d’antan et remonteront jusque dans les années 1970 sur un air de Beau Dommage.

Les talents de plusieurs musiciens et chanteurs dont la renommée n’est plus à faire, ont été mis à contribution. Étienne et Annick Bercier, Brigitte Lamoureux et Martin Houle prêteront leurs voix. Martin Houle, également guitariste pour la pièce, a remporté le prix du public, dans le cadre du concours Ontario Pop. Ils seront accompagnés par Joey Bédard, du Ch?ur du Moulin au piano et de Geneviève Séguin au violon. À eux se joindront à titre de comédiens, musiciens et chanteurs, Louis Racine et Jean-Marie Séguin.

Petit aperçu du scénario

C’est d’ailleurs à Jean-Marie Séguin et son épouse Lucie qui sont l’âme de ce projet, que l’on doit le scénario, écrit en collaboration avec Julie Henri.
La noce d’Antoine et de Corine relate l’histoire des premiers colons franco-ontariens par la bouche même de sa descendance. À travers la famille Brin d’Avoine, les moments marquants de l’histoire des premiers arrivants se succéderont au rythme des tableaux.

Partie du Québec comme plusieurs avant elle, la famille d’Antoine, le personnage principal, cherchera asile en sol ontarien dans l’espoir de pouvoir y cultiver la terre. On y verra comment se tissent les liens de solidarité au sein d’une paroisse principalement peuplée d’immigrants, et ayant en commun la minorité linguistique.
Parfois traités avec humour, certains tableaux auront de quoi faire rire l’assistance.

L’interdiction d’enseigner en français sera sûrement retenue par l’image qu’offrira le petit inspecteur assiégé par la maîtresse d’école en colère. D’autres tableaux plus tendres, feront réfléchir peut-être, sur le fait qu’il y eut un temps où l’amour prenait naissance sur les bancs d’école et trouvait son apogée dans les liens du mariage!

À vous de découvrir? Il s’agit d’un rendez-vous avec l’histoire, l’amour, le rire, les passions politiques et sociales, c’est un grand rendez-vous.
Le forfait souper-théâtre coûte 40$. Réservez votre place dès maintenant en communiquant avec l’UCFO au (613) 488-2929. D’autres représentations de la pièce (au coût de 15$) sont prévues, dont la seconde aura lieu le 3 avril à Ste-Anne-de-Prescott. Veuillez communiquer avec Louis Brunet pour de plus amples détails 674-5255.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *