Volume 33 Numéro 08 Le 4 décembre 2015

Beaucoup de souvenirs et autant d’émotions


Lilianne Lacasse et Lyse Gingras qui ont produit le livre souvenir du record Guinness des moulins à battre antiques qui a été établi à Saint-Albert le 15 août 2015, posent avec l’initiateur du projet et président du comité, Francois Latour.

Par Chantal Quirion


C’est une grande page de l’histoire qui vient d’être tour­née à Saint-Albert alors qu’une soirée de reconnaissance a été organisée le 20 novembre pour remercier tous ceux qui ont permis à François Latour de réaliser son rêve en août der­nier, soit l’établissement d’un record Guinness. On se sou­viendra que des milliers et des milliers de personnes avaient alors convergé vers Saint-Al­bert pour apprécier l’exploit, 111 moulins à battre antiques fonctionnant en même temps pendant quinze minutes. Les efforts de M. Latour et de son comité organisateur, pendant un an et demi, venaient d’être récompensés.

Ce comité présidé par M. La­tour secondé de Denis Lauzon, était composé de Robert Latour, Gilles D’Amour, Maurice Jeau­rond, Luc Roy, Roger Lafrance, Normand Surprenant, Ray­mond Titley et Yvon Racine, tous, chaudement applaudis lors de cette soirée à laquelle as­sistaient environ 350 personnes au Centre récréatif du village.

« Il n’y a pas de mots. C’est vraiment beau de voir que les gens répondent comme ça. C’est extraordinaire », déclarait M. Latour, ému, au terme de ce rassemblement. « Tout ce que je peux dire c’est 111 fois merci! »

Une soixantaine de proprié­taires de ces batteuses étaient de la soirée, certains venus d’aussi loin que d’Empire en Ontario ou Saint-Hyacinthe au Québec, sans compter les indis­pensables bénévoles.

« On voulait reconnaître nos gens, nos commanditaires, nos bénévoles et aussi ça prenait nos propriétaires », explique Juliette Forgues, animatrice de la soirée et bénévole engagée à 150 % aux dires même de son frère, François Latour.

Une affiche à la fromagerie

Dans les faits, l’exploit aura mobilisé environ cinq cents bé­névoles aux différentes étapes de sa préparation, jusqu’à sa réalisation, le 15 août 2015, et reproduit le lendemain pour le plaisir du public. Pour en témoigner, une affiche commé­morative dévoilée lors de cette soirée sera installée à la Froma­gerie St-Albert, où s’est déroulé le record dans le cadre du Festi­val de la Curd.

« Je suis vraiment content de l’avoir fait à la Fromagerie St-Albert. Ils nous ont vrai­ment aidés en nous prêtant 30 arpents pour réaliser ce rêve. C’est beaucoup de sous que je n’ai pas eu à dépenser. »

Un livre et un DVD

Un livre souvenir et un DVD ont également été lancés lors de cette soirée, ouvrages réalisés principalement par Lyse Gin­gras et Lilianne Lacasse pour l’imprimé et par Ginette Bour­gon pour le montage vidéo.

« Elles ont fait un travail magnifique. Pour le livre elles sont passées à travers plus de 4 000 photos et pour la vidéo il y avait environ 400 extraits au début », relate Mme Forgues.

Ainsi, le livre et le DVD re­latent toutes les étapes du pro­jet et identifient tous les pro­priétaires de moulins à battre et leur équipe. Plutôt concept, l’imprimé à couverture rigide, compte 111 pages sur papier glacé, soit le même nombre que la somme des moulins qui ont permis de fracasser le record précédent avec 43 de ces ma­chines, exploit enregistré en 2013 en Saskatchewan.

Moment d’émotion

La soirée fut aussi l’occasion de remettre un chèque symbo­lique à la Société canadienne du cancer au montant de 22 000 $. La vente de tous les produits dérivés lors du record, chan­dails, fourches souvenirs, cha­peaux et grains récoltés, entre autres, a servi à cette cause. Les profits générés par la vente du livre et du DVD iront aussi lo­ger à la même enseigne.

Bien que le sujet est déli­cat, François Latour ne peut y échapper. Son épouse Suzanne est décédée du cancer, le jour même du record.

« Elle a attendu. Elle m’avait dit, fais ce que t’aimes et je vais t’attendre. C’est vraiment très dur. Je suis allé au plus haut et au plus bas de ma vie dans la même journée. Les gens me félicitent d’une main et m’offre leur sympathie de l’autre. En tout cas, les gens qui m’ont supporté avant je les remercie vraiment car ils m’ont supporté après. »

En même temps que se ter­minait la soirée, on annonçait qu’un groupe de personne au Manitoba compte l’été pro­chain, battre le record établi à Saint-Albert. François Latour y assistera, assurément.

Voyez quelques photos dans notre album facebook, courtoisie de Lyse Gingras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *