Volume 27 Numéro 01 Le 19 août 2009

Billet de Claudie : Toute une aubaine!

Par Claudie


J’adore ? ou plutôt j’adorais me restaurer au St Hubert BBQ. Mais voilà que j’apprends, dans la dernière édition de l’Agricom, que les producteurs de poulets qui fournissent le St Hubert ne recevraient que des peanuts du grand roi du poulet!

Quelle déception! Encore une fois, mes principes ne me permettront plus d’y mettre pieds. Ah oui! Ces principes démodés qui ne font que me multiplier des maux de tête chaque fois que je fais l’épicerie ou tout autre achat.

Que ce soit pour causes environnementales ou pour l’achat local ou canadien, que ce soit pour cause de justice ou de droits de la personne, j’évalue mes choix, la plupart du temps. Il y a des fois ou je fais comme à peu près tout l’monde et je n’y pense pas. Mais jamais, jamais je ne mettrai les pieds au Walmart.

J’ai un ami qui parfois vient partager son souper avec moi. Il lui est arrivé de se présenter à la maison avec un sac de Walmart, malgré mon perpétuel refus d’encourager le géant américain.

– Je sais Claudie, que tu ne le mangeras pas.
– Mais pourquoi alors l’apportes-tu ici?
– C’était une aubaine, une bonne à part ça.
– Bien oui, encore une aubaine sur le dos du producteur.

Cette fois, c’était du maïs sucré? les premiers épis sont tellement tentants. On attend trois longues saisons avant de pouvoir croquer dans un épi tout frais de chez nous.

Le maïs du Walmart, supposément, était du produit local. Je me suis donc laissée tenter ? voyez vous, il n’y a pas seulement les pommes qui incitent au péché. J’attendais avec impatience de me faire servir du blé d’Inde local.

C’est mon ami qui a mis les épis sur la table, quasi orange, gros grains secs. Mmmm’ je me suis dit, ce n’est pas bon signe. Pas un mot de la part de mon ami. Il a croqué dans l’épi et?

– Ben ?, c’est du blé d’Inde à vache!

(Ce n’était pas vraiment du blé d’Inde à vache, sauf que c’est l’expression pour indiquer la piètre qualité du produit).

Délicieusement, je lui ai demandé quelle belle économie qu’il avait faite! Je n’avais pas besoin d’en dire tellement plus. Je savais qu’il « s’était fait avoir » avec son aubaine de blés d’Inde de Walmart.

Le lendemain, j’ai laissé à sa porte un sac recyclable rempli de beaux épis frais du jour du stand d’un producteur local.

Tout ça pour l’aubaine de 10 sous l’épi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *