Volume 30 Numéro 01 Le 24 août 2012

CCB : Fin d’un mandat et début d’un autre

Par Pascale Castonguay,APF
redaction@journalagricom.ca


  Malgré le mécontentement que le gouvernement a semé au sein des agriculteurs de l’Ouest en adoptant le projet de loi C-18, c’est en grande pompe que le premier ministre Stephen Harper a célébré l’entrée en vigueur de la Loi sur le libre choix des producteurs de grains en matière de commercialisation le 1er août.

Rappelons que l’automne dernier, une partie des agriculteurs de l’Ouest canadien ont tenté tant bien que mal de sauver la Commission canadienne du blé (CCB) dont le démantèlement était prévu dans le projet de loi C-18. En vertu de la Loi sur la Commission canadienne du blé, un plébiscite a été effectué au cours de l’été 2011 auprès des membres de la CCB. La majorité, soit 62 % des membres, s’était alors prononcée en faveur du statu quo. Faisant fi du désir des agriculteurs, le gouvernement est allé de l’avant avec son plan et a adopté cette nouvelle loi.

Bien que ce projet de loi ait été adopté, la Commission canadienne du blé existe toujours. Ainsi, il est possible pour les producteurs canadiens de choisir de continuer à faire affaire avec la CCB pour assurer la commercialisation de leur produit, soit le blé ou l’orge. Celle-ci sera toutefois soumise aux lois du marché et fera désormais face à la concurrence.

Acculée au pied du mur, la CCB a préféré se moderniser plutôt que de tomber dans l’oubli. La veille de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, la CCB dévoilait donc ses nouvelles couleurs et son nouveau logo tout en affichant une confiance dans ses moyens pour faire face à ce changement. « Nous entrons dans une nouvelle ère en position de force et dans un climat chargé d’optimisme », a déclaré le président-directeur général de la CCB, Ian White. Celui-ci compte entre autres sur le nombre d’agriculteurs qui auraient clairement indiqué leur intention de confier un important volume de grains à la CCB pour tailler une place de choix à celle-ci sur le marché.

Soulignons qu’il est prévu que les récoltes de la saison 2012, soit du 1er août 2012 au 31 juillet 2013, seront plus fructueuses que celles des années précédentes. L’équipe de recherche des marchés de la CCB estime que la production de blé de l’Ouest canadien pourrait s’élever à 24,2 millions de tonnes en 2012, comparativement à 22,7 millions de tonnes l’an dernier.

Pardon

De passage à Kindersley, en Saskatchewan, le premier ministre a profité de ce moment qu’il qualifie de « grand jour pour les agriculteurs de l’Ouest canadien » pour annoncer que le gouvernement fera appel à la prérogative royale de clémence pour accorder le pardon à « un groupe d’agriculteurs condamnés en vertu de l’ancienne loi injuste sur le monopole de la Commission canadienne du blé ».

M. Harper explique que ces condamnations qui seront pardonnées sont l’équivalent du prix qu’ont dû payer les agriculteurs pour mener ce combat visant à mettre fin au monopole de la Commission canadienne du blé. « Seulement quelques chargements de céréales ont été conduits à travers la frontière, parfois seulement un sac de blé symbolique. Mais pour de tels gestes, ces agriculteurs ont été accusés, condamnés, mis à l’amende et emprisonnés », mentionne-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Volume 29 Numéro 22 Le 3 août 2012

CCB : Fin d’un mandat et début d’un autre

Par Pascale Castonguauy, Association de la presse francophone
redaction@journalagricom.ca


Malgré le mécontentement que le gouvernement a semé au sein des agriculteurs de l’Ouest en adoptant le projet de loi C-18, c’est en grande pompe que le premier ministre Stephen Harper a célébré l’entrée en vigueur de la Loi sur le libre choix des producteurs de grains en matière de commercialisation le 1er août.

Rappelons que l’automne dernier, une partie des agriculteurs de l’Ouest canadien ont tenté tant bien que mal de sauver la Commission canadienne du blé (CCB) dont le démantèlement était prévu dans le projet de loi C-18. En vertu de la Loi sur la Commission canadienne du blé, un plébiscite a été effectué au cours de l’été 2011 auprès des membres de la CCB. La majorité, soit 62 % des membres, s’était alors prononcée en faveur du statu quo. Faisant fi du désir des agriculteurs, le gouvernement est allé de l’avant avec son plan et a adopté cette nouvelle loi.

Bien que ce projet de loi ait été adopté, la Commission canadienne du blé existe toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *