Volume 25 Numéro 07 Le 12 novembre 2007

Charles Desmarais est honoré à la remise des prix Spirit

Par Martin Moisan, collaboration spéciale, journal Le Métropolitain


Charles Desmarais s’est vu décerner le Prix de distinction de l’esprit du coopérateur, lors du banquet annuel d’On Co-op, le 17 octobre dernier.

Il y a de ces personnes qui ont le don de rassembler, de voir les occasions favorables et de travailler pour faire grandir leur communauté. Charles Desmarais est de cette trempe.

Le 17 octobre dernier, le septième gala des prix Spirit est venu souligner l’excellence et le dévouement de ceux qui travaillent à l’épanouissement et à la réussite des coopératives dans la province.

Au cours de la soirée, l’homme originaire de Pointe-aux-Roches a été applaudi par ses pairs pour son apport considérable au mouvement coopératif dans le Sud-Ouest ontarien.
Aujourd’hui, M. Desmarais est à la retraite et s’affaire à gérer la ferme familiale de 900 arpents qu’il a héritée de ses parents. De sa demeure, il travaille au développement du marché des biocarburants pour UPI Energy.

L’homme de vision développe le marché des biocarburants depuis plusieurs années. « Charles a vu l’opportunité du marché « vert » lorsque tout le monde croyait que ce n’était pas le bon moment, a raconté Robert Sicard, directeur général chez UPI Energy. Il a su regarder au-delà du profit pour compléter le cycle des membres des coopératives. »
Le « cycle » mentionné par M. Sicard est basé sur les fèves de soya cultivées. Les producteurs agricoles la vendent aux producteurs de biocarburants qui revendent un « carburant vert » aux producteurs avec lequel ils peuvent récolter la fève.

« C’est notre responsabilité de voir ce que l’on peut faire pour l’avenir. Ce ne serait pas brillant de notre part de laisser tomber ce défi », a mentionné Charles Desmarais qui avoue néanmoins que les grandes pétrolières demeurent sur leurs gardes face à ces nouvelles technologies.
Dans les années 1970, il a transformé la petite coopérative de Pointe-aux-Roches en la plus importante des comtés avoisinants. Il a démontré au cours des années passées à la tête de la coopérative que les diplômes sont une chose, mais que l’esprit critique vaut encore plus.

Son engagement actif au sein de sa communauté lui a permis de diriger cette association d’agriculteurs. Après son arrivée, la coopérative a ouvert une deuxième succursale, puis une troisième et finalement elle est devenue l’une des plus importantes du Sud-Ouest ontarien.
L’homme a toujours été engagé dans sa communauté et est concerné par l’avenir de la francophonie dans son coin de pays. « À titre de président de la Caisse populaire de Pointe-aux-Roches, je désire promouvoir le fait français en Ontario par le biais d’événements culturels et l’économie, a-t-il expliqué. Mais ce n’est pas simple de transmettre l’intérêt pour la langue à nos successeurs. »

Il existe peu de personnes qui réussissent à rassembler les communautés autour de buts communs afin d’avancer ensemble et être plus forts. Charles Desmarais a réussi cet exploit et continue de valoriser sa langue maternelle par son implication à la Caisse populaire de Pointe-aux-Roches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *