Volume 25 Numéro 07 Le 12 novembre 2007

Cris du c’ur pour la formation en agriculture dans le Nord-Est de l’Ontario

Par Marc Dumont, collaborateur régional


Pascal Billard et David Sherwood sont les deux experts-conseil embauchés par les deux UCFO, pour animer des discussions sur la formation des agriculteurs. Photo M.Dumont.

Anne Thibodeau a été claire: « On nous a déjà promis du ressourcement pour les agriculteurs de notre région et il y a trop souvent des excuses malgré les promesses. Certains font comme s’il n’y avait pas de francophones dans le Nord ou on se fait dire que les formateurs ne veulent pas venir dans le Nord. On s’est déjà fait saler; ce n’est pas la première fois qu’on se fait promettre de la formation. Ce n’est pas toujours rose ici. Nous avons des besoins spécifiques et le besoin d’être reconnu! »

C’est en ces termes qu’Anne Thibodeau a laissé voir sa frustration au groupe de l’Union des cultivateurs franco-ontariens et de l’Union culturelle des Franco-Ontariennes (les deux UCFO), venus consulter les agriculteurs en besoin de formation.
La réunion tenue à Earlton le 10 octobre, s’inscrivait à l’intérieur du programme: Valorisation du capital humain. Ce projet a pour objectif d’offrir des ateliers axés sur le transfert de connaissances par des gens du milieu rural pour la population impliquée en agriculture.
La rencontre qui s’est déroulée autour d’un excellent repas était présidée par Luc Morin de l’Union des cultivateurs franco-ontariens. Puis, ce sont les experts-conseil Pascal Billard et David Sherwood qui ont animé la discussion.
De tous les sujets abordés, les participants ont exprimé de l’intérêt pour les thèmes suivants: la transformation et le développement de nouveaux produits alimentaires, la relève au sein des organismes, l’agrotourisme, l’exportation et la vente au détail.
Ah oui! Pour répondre à Anne Thibodeau, les experts-conseil et Luc Morin l’ont assuré que l’argent avait été reçu pour offrir 90 ateliers et que l’UCFO entend bien tenir parole. À cela Anne a répondu qu’elle et les gens de la région apprécient l’intérêt des visiteurs pour les besoins locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *