Volume 35 Numéro 01 Le 25 août 2017

Dans le Nord, « On la veut plus gourmande! »


Lors de l'édition 2017 de la Foire gourmande de l’Abitibi-Témiskaming et du Nord-Est ontarien, l’ouverture officielle du Pavillon de l’Ontario a été présidée par le député fédéral Antony Rota. Au lieu du ruban traditionnel, M. Rota a coupé une baguette d’un mètre de long.

Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


L’Ontario avait une place de choix cette année à la Foire  gourmande de l’Abitibi-Témiskaming et du Nord-Est ontarien qui s’est tenue à Ville-Marie du 18 au 20 août. Le pavillon de l’Ontario, situé au centre du chapiteau principal, regroupait les huit  exposants ontariens. L’an dernier il y en avait trois. Une première : NOFIA (Northern Ontario Farmers Innovation Alliance) avait un kiosque en collaboration avec plusieurs partenaires comme FedNor, Témiskaming Shores, « Tisser des liens » et le Bureau d’aide aux communautés du Témiskaming-sud. 

 C’est que NOFIA s’est lancé dans un projet pour appuyer les transformateurs en agroalimentaires en leur donnant l’occasion de travailler avec des chefs pour développer des recettes. Cette initiative a donné lieu à un nouveau logo avec l’inscription « Bouchées du Nord-Est ». Tous les kiosques ontariens donnaient aux visiteurs une fiche avec le logo et la recette de ses bouchées. L’ouverture officielle du Pavillon de l’Ontario a été présidée par le député fédéral Antony Rota. Au lieu du ruban traditionnel, M. Rota a coupé une baguette d’un mètre de long en déclarant : « La Foire gourmande est une belle occasion pour deux provinces qui ont une culture en commun de promouvoir leurs produits agricoles. Un bel exemple de coopération! » Autre nouveauté, la Foire avait mis à la disposition des Ontariens une navette qui faisait le trajet de Haileybury à Ville-Marie durant les trois jours de l’événement. `

Au terme de la fin de semaine, le prix Patrimoine Canada a été remis à un exposant de l’Ontario. C’est Bison du Nord de la famille de Pierre Bélanger qui l’a reçu. La bouchée offerte aux visiteurs était du bison haché présenté dans une croûte à tartelette. Le tout était couronné de fromage cheddar de la Fromagerie de Thornloe. La particularité de ce fromage est qu’il est fabriqué à partir de lait de vache nourrie uniquement à l’herbe.

Il faut dire que cette édition était caractérisée par un vent de nouveauté et qu’à ce titre, le mot d’ordre des organisateurs pour cette année était : « On la veut plus gourmande ». Les 45 exposants devaient offrir des bouchées aux visiteurs et non seulement vendre leurs produits.

 Il a soufflé aussi un vent de démocratisation de l’alimentation. Il était possible de suivre des ateliers pour cuisiner pour des adultes et d’autres ateliers pour les tout-petits. En plus des chefs en action, il y a eu des compétitions entre familles. Tout cela pour promouvoir que tous peuvent avoir la base d’une bonne alimentation facile à cuisiner. « La Foire s’est recentrée sur l’agroalimentaire », affirme Carmelle Adam à l’accueil aux  médias. Enfin, la Foire avait aménagé une « Boutique gourmande » avec tous les produits des exposants ainsi qu’un restaurant dont le menu consistait en six bouchées de fine cuisine concoctées par des chefs de la Foire.   

Au terme de la fin de semaine, les organisateurs ont pu prendre la mesure du succès de l’événement. L’achalandage est en hausse et une étude a déterminé que la moitié des visiteurs étaient des touristes. De plus toutes les nouveautés ont été un succès. Pour la grande mobilisation que la Foire gourmande occasionne avec ses 500 bénévoles, il y a de quoi se réjouir. « La stratégie de retourner à la formule des premières années d’offrir aux visiteurs une expérience gourmande a été la bonne. C’est promesse tenue », conclut Mme Adam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *