Volume 34 Numéro 19 Le 09 juin 2017

De la Lune à la Terre


L’Argo J5 XTR (Xtreme Terrain Robot), un robot pour terrains extrêmes – se prête à de multiples domaines, dont l’agriculture. Crédit photo : Ontario Drive & Gear Ltd

Par Lisa McLean Pour AgInnovation Ontario


L’entreprise ontarienne qui a conçu les rovers lunaires de l’Agence spatiale canadienne a adapté sa technologie pour utilisation sur Terre. Le véhicule qui en résulte – l’Argo J5 XTR (Xtreme Terrain Robot), un robot pour terrains extrêmes – se prête à de multiples domaines, dont l’agriculture.

Ontario Drive & Gear Limited (ODG) est bien connue des consommateurs comme étant le fabricant d’Argo, ces véhicules tout-terrain (VTT) populaires pouvant se mouvoir en terrain accidenté, sur terre et dans l’eau. L’Argo J5 XTR est une plate-forme robotique sans pilote conçue pour rouler en terrain difficile dans toutes sortes de conditions, des zones de guerre aux mines souterraines, évitant ainsi de mettre en danger un opérateur.

« Nous travaillons à des projets spatiaux depuis 2008, mais la plupart du temps nous n’arrivons pas à bâtir plus de deux véhicules à la fois – un véhicule principal et un véhicule de remplacement », explique Peter Visscher, dirigeant principal de la technologie d’ODG. « Un entrepreneur de la défense nous a proposé de mettre les véhicules sur le marché, c’est pourquoi nous avons conçu un modèle pour utilisation terrestre. Et comme nous sommes Argo, nous en avons fait un véhicule amphibie. »

Jason Scheib, directeur des ventes, Robotique et Défense, chez Argo explique que cette nouvelle génération de plates-formes robotiques est adaptée aux conditions de terrain les plus difficiles et que son excellente mobilité en fait un véhicule idéal pour les travaux agricoles.

En agriculture, l’Argo J5 XTR est utilisé actuellement en Martinique. M. Visscher dit que son équipe avait reçu le mandat de remédier à certains risques courants pour la santé et la sécurité des travailleurs. Ceux-ci utilisaient des VTT sur des terrains abrupts pour appliquer des traitements contre la moisissure noire qui afflige les plantations de bananiers. En plus d’avoir à travailler sur des terrains dangereux, ils étaient exposés à des fongicides et à des problèmes de santé causés par le climat.

« Nous avons eu l’idée de créer un robot pouvant transporter un petit pulvérisateur », explique M. Visscher. « C’est un robot télécommandé qui parcourt les plantations alors que l’opérateur reste en bordure du champ. Il n’est plus exposé aux produits chimiques et ne risque plus de basculer à bord de son VTT. »

Ici, l’Argo J5 XTR est utilisé par des chercheurs de l’Université de Guelph pour l’échantillonnage des sols, en agriculture de précision. M. Visscher dit voir un potentiel dans l’utilisation continue des J5 en vue d’accélérer le processus d’échantillonnage des sols.

« En hiver, les échantillonneurs doivent prélever des centaines d’échantillons dans de rudes conditions », explique M. Visscher. « Si nous arrivons à automatiser ce processus, l’échantillonneur pourra opérer trois ou quatre robots à la fois et couvrir quatre fois plus de terrain sans quitter le confort de son véhicule. »

Quelles autres utilisations les agriculteurs ontariens pourraient-ils faire du J5? M. Visscher invite le grand public à présenter un problème à l’ODG. Il souligne qu’une des principales forces de l’entreprise est son groupe d’ingénieurs chevronnés.

« Nous concevons et mettons au point des solutions pour répondre à pratiquement tous les problèmes que cherchent à résoudre nos clients », dit-il. « Argo est maître des terrains extrêmes et les agriculteurs aiment nos véhicules, car ils leur permettent de rouler dans la boue et dans l’eau, de plus ils sont faciles à nettoyer. Les possibilités d’utilisation de ce véhicule sont quasi illimitées. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *