Volume 33 Numéro 07 Le 20 novembre 2015

De la terre à la table à l’École secondaire catholique Embrun


Mélissa Brisson, élève du programme Agroalimentaire de l’École secondaire catholique Embrun participe à un atelier en compagnie du l’enseignant, Jean-Marc Leclerc.

Par Chantal Quirion, journaliste


Le programme Agroalimentaire de l’école secondaire catholique Embrun a été officiellement lancé, le 19 novembre. Il s’agit en fait d’une Majeure haute spécialisation (MHS) en agriculture à laquelle 16 étudiants sont inscrits pour cette année de baptême. La directrice adjointe, Céline Lafrance, est d’autant emballée qu’elle avait travaillé sur le projet au cours de la dernière année alors qu’elle se trouvait au siège social du Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien. Inspiré du concept de la terre à la table, le programme Agroalimentaire vise à permettre à des jeunes de la 11e et de la 12e année d’explorer différents aspects de la production agricole et de la transformation alimentaire. En classe, l’enseignant Jean-Marc Leclerc, lui-même propriétaire d’une ferme, a la responsabilité de doser la théorie et la pratique et surtout de préparer ses élèves pour les stages pratiques, les spécialisations et les certifications. Ce programme permettra à chacun de préciser ses intérêts et d’être bien préparé pour un emploi ou une formation collégiale ou universitaire, par le biais du volet Exploration de carrières et d’études postsecondaires, notamment. Les possibilités sont vastes.

« Cela permet aux élèves de se construire un solide bagage de connaissances et de compétences spécifiques au secteur avant de commencer leur formation en apprentissage, au collège, à l’université ou sur le marché du travail », explique Mme Lafrance.

Conformément aux principes des MHS, l’ÉSCE a dû démontrer l’intérêt de la communauté afin d’avoir l’aval du ministère de l’Éducation de l’Ontario.

« Il y a beaucoup de fermes dans la région et c’est un milieu très agricole, alors cela n’a pas été difficile de trouver des partenaires », se réjouit encore Mme Lafrance.

De ceux-ci, l’Institut de formation et de recherche agroalimentaire (IFRA) de La Cité, la Fromagerie St-Albert, la Coopérative agricole d’Embrun et plusieurs fermes accueilleront des étudiants pour des formations.  Pour donner un avant-goût, des visites à la Ferme Troitrèfles et à la Ferme Gillette ont été organisées pour cette journée de lancement, agrémentée d’un dîner à la Fromagerie.

L’Union des cultivateurs franco-ontariens a pour sa part appuyé formellement le projet, dont la mise en œuvre ne peut que réjouir puisqu’elle souligne l’intérêt de la population envers ce domaine d’activité.

Ce programme de deux ans a été rendu possible grâce à l’initiative provinciale des Majeures Hautes Spécialisations.

L’élève qui satisfait aux conditions d’obtention du Diplôme d’études secondaires de l’Ontario et aux exigences de la majeure reçoit un diplôme sur lequel figure le sceau de la Majeure Haute Spécialisation. De plus, tous les élèves participant à ce programme reçoivent un Relevé de la majeure sur lequel sont précisées leurs réalisations pour chacune des composantes requises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *