Volume 31 Numéro 17 Le 9 mai 2014

De mal en pis pour les abeilles


Photo Istock

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


Triste sort que celui des abeilles en Ontario. Au haut taux de mortalité observé depuis quelques années s’ajoute ce printemps celui des décès survenus en cet hiver difficile pour les ruches de la province. Heureusement, le gouvernement de l’Ontario en a pris conscience et a annoncé qu’elle offrirait des compensations financières aux propriétaires de dix ruches et plus qui ont perdu plus de 40 % de leurs abeilles.

L’Ontario a prévu que les taux de mortalité seront plus élevés qu’à la normale en raison de la sévérité des conditions hivernales et d’autres problèmes de santé des pollinisateurs. C’est pour cette raison que le ministère de l’Agriculture a décidé de venir en aide aux éleveurs inscrits au ministère en leur offrant une compensation pour les pertes encourues entre le 1er janvier et le 31 octobre 2014.

La province de l’Ontario s’engage à aider les quelque 3 000 apiculteurs ontariens à reconstituer leurs colonies d’abeilles en finançant 105 $ par ruche si elles ont subi d’importants dommages.

« Nous tenons à garder les colonies d’abeilles en bonne santé alors que s’amorce la saison de croissance », a déclaré la première ministre et ministre de l’Agriculture, Kathleen Wynne, dans un communiqué.

Le président de l’Ontario Beekeepers’ Association (OBA), Dan Davidson, voit d’un bon œil que les agriculteurs n’aient plus à assumer à eux seuls les pertes financières dues aux conditions météorologiques hivernales et aux problèmes liés aux néonicotinoïdes.

« Bien que le plan de dédommagement ne résolve pas le problème, il contribuera à atténuer les pertes que les apiculteurs ontariens ont subies à la suite d’un hiver difficile et de l’utilisation inappropriée des néonicotinoïdes », soutient-il.

Conditions d’admissibilité
Les producteurs seront admissibles à ce coup de pouce financier s’ils sont enregistrés auprès du ministère, s’ils possèdent un numéro d’identification d’exploitant et un autre d’Agricorp.

La mortalité des pollinisateurs causée par les animaux sauvages ne sera cependant pas couverte par l’aide financière.

Les apiculteurs sont invités à rapporter dès maintenant les pertes hivernales dans leurs colonies pour recevoir un chèque dès le début de l’été. Un deuxième versement est prévu en décembre pour les décès survenus au cours de l’été et l’automne.

L’annonce de ce nouveau programme d’aide financière aux apiculteurs survient un mois et demi après la publication du rapport du Groupe de travail sur la santé des abeilles de l’Ontario, dont les conclusions ne plaisaient pas au OBA. L’organisme trouvait que le rapport mettait trop l’accent sur l’agriculture et pas suffisamment sur la santé des abeilles.

D’autres programmes en cours
Trois différents programmes de surveillance sont en cours au ministère. Il étudie entre autres la présence de pesticides dans l’eau, le sol et les sources alimentaires avec lesquels les abeilles sont en contact en vue d’évaluer dans quelles régions les insectes sont les plus affectées. Des travaux sont prévus au début mai.

Un autre analyse l’eau de 17 cours d’eau agricoles pour y mesurer les quantités de trois pesticides nénicotinoïdes. Un troisième programme consiste à prélever des échantillons d’abeilles pour y déceler les traces de ces mêmes pesticides.

Rappelons que la province de l’Ontario s’est engagée à verser 1,2 million de dollars pour la recherche de facteurs qui influencent la santé des abeilles et sur les pratiques de gestion concernant la production de grandes cultures.

La production de miel représente un marché de 26 millions $ en Ontario.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *