Volume 34 Numéro 17, le 12 mai 2017

Déception pour John Deere


Le projet de John Deere d’acheter Precision Planting LLC de Monsanto tombe à l'eau.

Par Chantal Quirion


Le projet de John Deere d’acheter Precision Planting LLC de Monsanto est mort au feuilleton. Cette transaction aurait selon le bureau américain de la concurrence permis au nouveau propriétaire de contrôler 86 % du marché de l’agriculture de précision à haute vitesse, plus particulièrement le secteur des semis. Le Département américain de la justice s’y était opposé en déposant une plainte en août 2016, invoquant les dangers liés à un monopole. Précisons que Planting LLC appartient à Climate à Corporation, une filiale de Mosanto.

Bien que les procédures légales devaient suivre leur cours le 5 juin à Chicago, il appert selon un communiqué émis par John Deere que la compagnie Monsanto ait décidé de jeter la serviette. Chez John Deere on indique avoir été informé par Mosanto.

« Nous sommes profondément déçus de cette conclusion puisque nous demeurons convaincus que les clients auraient pu bénéficier de cette acquisition » y  indique John May, président, Solutions agricoles et directeur des systèmes d’information pour John Deere.

Deux ententes associées à l’acquisition de Precision Planting par Deere seront également résiliées, notamment l’entente de collaboration numérique entre Deere et The Climate Corporation. Ceci met également fin à une entente qui aurait permis à Ag Leader d’élargir l’accès et la distribution de certains produits et de technologies de Precision Planting.

« En tant que chef de file mondial de l’agriculture de précision, John Deere poursuivra le développement de produits et services basés sur la technologie afin d’aider les clients à améliorer leur productivité et la rentabilité de leurs activités », a souligné M. May.

Du côté de la justice américaine, on se réjouit.

 «  La décision des deux entreprises d’abandonner la transaction est une victoire pour les agriculteurs et les consommateurs américains  », a affirmé par voie de communiqué,  le procureur général adjoint Andrew Finch du bureau de la concurrence au Département de la justice des États-Unis.

« Si cette acquisition avait eu lieu, une concurrence directe entre Deere et la filiale  Precision Planting de Monsanto – qui permet de faire baisser les prix et de développer l’innovation – aurait été éliminée. L’agriculture est l’un des plus importants secteurs de notre économie et la division de la concurrence demeurera vigilante pour s’assurer que la compétition sur les marchés agricoles ne soit pas déjouée par des transactions illégales  », a-t-il ajouté.

Pour sa part, M. May chez John Deere estime que la contestation de cette transaction a été « fondée sur des évaluations erronées du marché. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *