Autres

Dépôt du budget provincial : On s’y attendait, pas de nouvel argent en agriculture

Par Étienne Alary
info.agricom@atreide.net


C’est le 9 mai dernier que le ministre des finances de l’Ontario, Jim Flaherty, a déposé le budget provincial pour la prochaine année. Ce budget 2001, qui est équilibré pour une troisième année consécutive, n’apporte cependant aucune nouvelle injection d’argent dans le domaine de l’agriculture.

«Lorsque le gouvernement provincial a injecté 90 millions de dollars pour les producteurs de céréales et d’oléagineux, à la fin du mois de mars, nous savions, dès lors, que la meilleure chose qui pourrait ressortir du budget provincial serait un maintien de l’engagement du gouvernement Harris envers les programmes de sécurité financière», de déclarer le président de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario (FAO), Jack Wilkinson, à la suite du dépôt du budget. «Nous allons donc travailler de concert avec le gouvernement provincial pour nous assurer que ce support sera maintenu», ajoute-t-il.

La FAO demeure donc positive dans son approche post-budgétaire, même si le discours du ministre Flaherty n’offrait rien de nouveau pour l’agriculture. Jack Wilkinson soutient que le ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, Brian Coburn, «nous a présenté des raisons de demeurer optimiste et que le processus de planification à long terme du secteur n’est qu’à ses débuts», souligne M. Wilkinson en ajoutant que la FAO participait activement à tout le processus de planification en vigueur.

L’Opposition officielle déçue

Pour l’Opposition officielle, il est décevant qu’aucun argent neuf ne soit injecté dans l’industrie agroalimentaire provinciale. «Le budget de l’agriculture me déçoit. Je me demande comment nos agriculteurs peuvent continuer», avance le député libéral provincial de Glengarry-Prescott-Russell, JeanMarc Lalonde. «Le budget du MAAARO est de 20 pour cent moins élevé que lorsque ce gouvernement a pris le pouvoir en 1995», ajoute M. Lalonde.

Au niveau du programme provincial «Un avenir prometteur en agriculture», Jean-Marc Lalonde croit que le gouvernement doit agir.«Au cours des derniers mois, j’ai reçu beaucoup d’appels téléphoniques concernant ce programme annoncé par le MAAARO.

Encore une fois, nos groupes d’agriculteurs attendent toujours les fonds demandés», indique M. Lalonde en précisant que le gouvernement Harris, au lieu d’investir concrètement dans l’agriculture, préférait «changer des emballages de produits, changer les noms et les revendre».

De son côté, le critique libéral en agriculture, Steve Peters s’est dit déçu que le gouvernement provincial n’alloue pas plus d’argent dans les programmes en place, tels le Programme d’assurance du revenu du marché et le Programme de protection du revenu agricole en cas de catastrophe. Ce dernier mentionne que l’appui du gouvernement pour aider à être compétitif sur le marché continue d’être insuffisant et que l’industrie agricole et agroalimentaire ontarienne a un besoin urgent d’appui. «Lorsqu’on regarde du côté des États-Unis et de l’Union européenne, on se rend vite compte que ces deux communautés ne diminueront pas leur appui envers l’agriculture, ce qui signifie que les agriculteurs ontariens continue d’être en concurrence avec ces pays sans pour autant obtenir un même niveau de support», fait remarquer M. Peters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *