Volume 29 Numéro 07 Le 16 novembre 2011

Des révisions intrigantes aux États-Unis

Par Jean-Philippe Boucher, Spécialiste mise en marché des grains
redaction@journalagricom.ca


Pour la 4e fois depuis le mois de juillet, le United States Department of Agriculture (USDA) a revu à la baisse la production américaine de maïs dans son rapport mensuel de novembre. Ainsi, les États-Unis sont passés d’une prévision de production record de maïs de 342,15 millions de tonnes pour cette année, à une récolte tout juste au-dessus de la moyenne des 5 dernières années à 312 687 millions de tonnes.

 

Est-ce que cette révision importante de près de 9% de la production américaine de maïs est surprenante? Pas vraiment lorsqu’on prend en compte le début de saison difficile qu’ont connu les producteurs américains et la vague de chaleur très importante qui aura frappé le Midwest au mois de juillet dernier. Et ce n’est pas fini. Car, si en principe le USDA ne doit pas réviser la production américaine en décembre, il devra malgré tout présenter une dernière version finale de son estimé en janvier prochain. Or, si à l’heure actuelle une proportion très importante de la récolte américaine est complétée, les états américains qui pourraient avoir les moins bons rendements doivent terminer leurs travaux d’ici la fin novembre.

 

Mais à savoir si la récolte américaine sera encore révisée à la baisse ou non n’est pas la plus grande interrogation des marchés. Ce qui en réalité les intrigue le plus est plutôt les révisions à la baisse de la consommation de maïs aux États-Unis qui semblent avoir étrangement concordé avec celles de la production depuis le mois de juillet dernier. Autrement dit, ce que laissent entendre plusieurs spécialistes est que le USDA pourrait volontairement avoir revu à la baisse la consommation de la prochaine année afin d’éviter de voir plutôt les inventaires américains devenir déficitaires.

 

Car effectivement, si le USDA n’avait pas changé ses prévisions de consommation depuis juillet, plutôt que de prévoir ce mois-ci que les inventaires américains seront de 21,42 millions de tonnes à la fin de cette année, ceux-ci auraient été plutôt établis à un niveau négatif très inquiétant de -1,18 million de tonnes. De quoi faire littéralement bondir le prix du maïs sur les marchés. Et nul besoin de dire que cette possibilité n’aurait pas été une bonne chose si ce n’est que pour les producteurs de grandes cultures.

 

Mais, il faut reconnaître aussi qu’il aurait été difficile pour les États-Unis d’éviter une baisse de la consommation du maïs entre les mois de juillet et novembre. Il faut se rappeler entre autres que son prix a frisé 7,80 $US le boisseau à la fin du mois d’août, de quoi en faire incontestablement ralentir la consommation. 

 

Sauf qu’il reste que plusieurs expliquent encore mal comment une aussi forte baisse de l’utilisation du maïs ait eu lieu en aussi peu de temps… alors même que les perspectives de voir les États-Unis obtenir une nouvelle récolte record se sont progressivement estompées également. Ce que certains soupçonnent, c’est donc que dans les prochains mois le USDA n’aura d’autres choix maintenant que de progressivement revoir à la hausse la consommation. Sur cette base, sachant déjà que les inventaires américains de maïs seront très certainement à leur plus faible niveau depuis 1995-96 cette année, il devient difficile de croire que le prix du maïs ne pourra pas progresser de manière intéressante au cours des prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *