Volume 34 Numéro 03 Le 23 septembre 2016

Direction clos du Vully avec Jan-Daniel Etter


Par Chantal Quirion


Propriétaire du vignoble Clos du Vully à Navan, Jan-Daniel Etter est au nombre des deux candidats choisis par le Fonds de la relève agricole franco-ontarienne pour le soutien financier octroyé en 2016 à un projet d’entreprise. Ce jeune producteur qui cultive la vigne depuis 2008 a parcouru un long chemin avant d’ouvrir enfin sa boutique au début de l’été.

« Ça ne pouvait pas mieux tomber avec les vendanges qui arrivent. J’ai beaucoup de matériel à acheter, une nouvelle presse, des bouteilles et le raisin du Niagara. Ça fait beaucoup de dépenses », explique le vigneron.

Comme plusieurs en Ontario, il procède à des assemblages avec ses propres raisins et ceux d’autres producteurs de la région de Niagara. Au fil des ans, il a ainsi concocté six grands crus qu’il est bien fier de faire déguster. La maison offre trois vins rouges, dont un porto, deux vins blancs, dont un fortifié et depuis peu, un rosé. Le 24 septembre, un nouveau venu viendra encore élargir la palette de goûts, un Riesling.

« Ça va être mon haut de gamme dans le blanc, comme le Marquette pour le rouge. »

Ainsi, deux de ses vins porteront le nom des cépages dont ils sont extraits alors que les autres sont tous baptisés du nom des femmes qui ont marqué sa vie. De cette façon il a voulu rendre hommage à Marianne, sa grand-mère paternelle, Marie-Louise, sa grand-mère maternelle, Éliane, sa mère, Caroline, sa sœur et Analie, sa nièce.

Et à quand la Réserve Anne?

« On nous pose tout le temps cette question-là », répondent en chœur Jan-Daniel et sa conjointe, Anne Grenon.

Très gentleman, Jan-Daniel précise qu’il faudra pour cette réserve que cela soit un vin qui vieillit assez longtemps pour être d’une très grande qualité. Assurément, selon la personnalité de son inspiratrice, cela sera un rouge.

Le vigneron compte d’ailleurs planter une nouvelle variété en provenance du Minnesota l’an prochain, un cépage dont le nom est encore tenu secret puisqu’il n’est pas encore officiellement sur le marché, mais ce sera un rouge.

Ces nouveaux plants s’ajouteront aux 5 000 vignes qui s’étendent sur cinq acres de terrains. Cette année, les vignes sont particulièrement chargées et les fruits d’une belle teneur en sucre.

« Ça va être une super bonne année, tant pour la qualité que pour la quantité. On a été chanceux, il n’y a pas eu de gel de printemps. »

Les vendanges devraient commencer vers le 28 septembre. D’ici là, les filets restent bien tendus pour protéger les raisins des oiseaux.

« Ça coûte cher et c’est long à installer, mais je préfère dormir tranquille. »

Pendant les vendanges, Ian-Daniel accueillera quelques travailleurs agricoles européens qui ont de l’expérience dans le domaine et qui participent à un programme d’échange. C’est d’ailleurs en Europe qu’il a fait ses premières armes, avec son oncle et son cousin, dans le vignoble familial, en Suisse dans la région de Vully. Le vin de cette région est d’ailleurs très réputé. Le jeune homme s’y est rendu toutes les saisons pendant six ans, période pendant laquelle il s’est également inscrit à la Haute école de viticulture et d’œnologie Changins.

Fort de ses expériences et animé d’une grande passion pour la terre, le jeune producteur est passé à l’action en 2008, procédant à la plantation de ses premières vignes. Pour sa grande chance, il a pu compter sur le soutien d’un mentor exceptionnel, Denis Perrault, qui avec son épouse Lise, l’a accueilli à bras ouverts au vignoble Domaine Perrault.

Chemin faisant, Jan-Daniel s’est attaqué à un projet de taille, convertissant l’ancienne étable en salle de vinification et en boutique. Le cachet des lieux est saisissant en plus d’offrir toutes les commodités pour la production. Le coup d’œil comme le bon vin est d’ailleurs apprécié des visiteurs qui peuvent y venir toutes les fins de semaine.

Ainsi, l’aventure se poursuit et le futur est prometteur avec entre autres, la Ville d’Ottawa qui a décidé d’utiliser les vignobles de la région comme fer de lance pour les festivités du 150e anniversaire du Canada, l’été prochain. Assurément, le vignoble Clos du Vully ne restera pas un secret bien caché très longtemps.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *