Volume 28 Numéro 16 Le 20 avril 2011

Du maïs à 8… 10 $US/boisseau?!

Par Jean-François Boucher, MBA Conseiller mise en marché des grains


Le 31 mars dernier a marqué un tournant pour les prix des grains, et particulièrement pour celui du maïs. Dans son rapport sur les intentions des ensemencements aux États-Unis, le USDA a révélé que les producteurs américains allaient semer 92,2 millions d’acres de maïs. Les marchés prévoyaient plutôt que celles-ci seraient en moyenne à 91,7 millions d’acres. Mais que ces intentions d’ensemencement soient de 92,2 ou 91,7 millions d’acres, le résultat demeure le même : à moins de très bonnes conditions de culture aux États-Unis, tout indique qu’il y a un risque élevé de manque à gagner de maïs l’an prochain.

En fait, en présentant ces résultats, ce qui a surtout frappé l’imaginaire c’est que la demande de maïs semble tout simplement insatiable. Nombreux sont d’ailleurs les spécialistes qui, à partir de ces données du USDA, ont présenté des analyses convergeant vers une seule conclusion : pour répondre à la demande l’an prochain, il faut qu’un rationnement de la consommation de maïs ait lieu au cours des prochains mois. Et la manière la plus efficace de forcer la demande à ralentir reste la même, faire monter le prix jusqu’à ce qu’elle fléchisse. Mais jusqu’où peut-il grimper avant qu’un ralentissement de la consommation ait réellement lieu?

À ce sujet, les opinions des analystes abondent et divergent. Certains estiment que nous sommes déjà à la limite de la capacité qu’ont les consommateurs à payer pour s’approvisionner en maïs. De leur avis, à moins que des difficultés soient rencontrées par les producteurs américains au cours de la saison, le prix du maïs devrait donc plafonner prochainement autour d’un prix maximal de 8$US/boisseau.

D’autres sont cependant plus optimistes et croient que le prix du maïs recèle le potentiel de grimper encore beaucoup. Ceux-ci jugent que le niveau des inventaires américains est déjà trop bas, qu’il est peu possible que les producteurs américains puissent obtenir une récolte suffisante et que la demande pour l’an prochain devrait être encore plus importante que cette année. Basés sur ces éléments, certains analystes estiment que le prix du maïs pourrait ainsi grimper au cours des prochains mois jusqu’à 10$US/boisseau!!

Que penser de toutes ces éventualités? Il n’y a en fait pas de réponse claire à ces interrogations puisque les marchés restent essentiellement imprévisibles. Cependant, d’un côté, certains éléments donnent à penser qu’un ralentissement de la demande pourrait bel et bien voir le jour au cours des prochaines semaines/mois. Sans être problématiques pour l’instant, les marges de profits des fabricants d’éthanol aux États-Unis se sont entre autres amincies depuis quelques semaines. Le fait que le prix du blé se transige à un niveau très près de celui du maïs en favorise également le remplacement dans la fabrication de moulée.

D’un autre côté, les incertitudes entourant les semis américains de maïs demeurent le centre d’attention des marchés. Et selon les dernières prévisions météorologiques, il se pourrait très bien que les producteurs connaissent un printemps humide et difficile dans le Midwest américain.

Le contexte actuel du marché du maïs recèle donc encore le potentiel de bondir de manière importante. Cependant, plusieurs éléments donnent aussi à penser qu’un rationnement de la consommation de maïs pourrait très bientôt prendre forme, particulièrement si le prix du maïs dépasse 8$US/boisseau. De manière réaliste, on peut donc penser pour l’instant que le prix du maïs pourrait éventuellement se transiger entre 8$/boisseau et 8,50$US/boisseau au cours des prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *