Volume 31 Numéro 08 Le 6 décembre 2013

Du quinoa ontarien pour bientôt ?


Le quinoa, originaire de l’Amérique latine, est qualifié de « pseudo-céréale ». Sa plante, de la famille des Amaranthacées, est à la fois très résistante aux gels et aux conditions de sécheresse. Photo iStockphoto.com

Catherine Delorme

Par Catherine Delorme
Collaboratrice
info@journalagricom.ca


Du quinoa local pourrait être vendu sur les tablettes des supermarchés ontariens. C’est le projet que tente de mettre en place Kantan Kitchens, une compagnie qui promeut la production d’aliment local et santé, et Value Chain Management Centre (VCMI), une entreprise qui aide les sociétés agroalimentaires à créer des stratégies de mise en marché. En s’unissant, elles souhaitent établir un plan de production afin de commercialiser une graine de quinoa pouvant pousser dans des régions telles que l’Ontario.

Le Canada importe plus de 17 millions de livres de quinoa par année », indique Jamie Draves, président et fondateur de Katan Kitchens. Cet intérêt grandissant pour cette céréale exempt de gluten dont on ne cesse de vanter les qualités nutritionnelles a poussé son entreprise, en partenariat avec l’Association pour l’amélioration des sols et récoltes de l’Ontario (AASRO), à développer le Quinta Quinoa, une graine de quinoa pouvant être planté en sol ontarien.

Mais ce qui surprend d’autant plus, c’est que cette variété que s’apprêtent à commercialiser ces entreprises serait meilleure pour la santé. « Grâce à la variété choisie et à la recette de production, on retrouve plus de nutriments et de minéraux dans notre céréale, que celle récoltée en Amérique du Sud », explique M. Draves.

 

La production commerciale

Katan Kitchens est donc à la recherche de producteurs à qui seraient intéressés par cette culture. « Il ne reste qu’à développer une chaîne de production commerciale. Il faut identifier des joueurs clés dans l’industrie. Nous sommes tout d’abord à la recherche de producteurs à qui nous pouvons vendre notre recette, pour ensuite racheter leur production», explique le président de l’entreprise.

Celui-ci souhaite, d’ici l’automne 2014, construire des installations qui lui permettront de transformer le quinoa qui aura été cultivé par les producteurs ontariens. Il est actuellement en attente de réponses à ses demandes de subventions faites à Northern Ontario Heritage Fund Corporation et FEDNOR.

Les avantages économiques et environnementaux

 Outre ses qualités nutritives exceptionnelles, cette plante a des avantages environnementaux et économiques. « Le quinoa doit pousser naturellement. L’ajout de pesticide risque de tuer la plantation », indique Jamie Draves. Également, la production locale de cette céréale éliminera complètement le transport dû à l’importation du quinoa de la Bolivie, un des plus grands exportateurs.

Dû à la grande quantité de quinoa importée, mais qui serait dorénavant produite localement, son plan de commercialisation aurait également des avantages économiques pour les agriculteurs la province, croit Jamie Draves. Cette nouvelle possibilité offrirait aussi une alternative aux productions plus conventionnelles, explique-t-il.

 Claude Péloquin, responsable de la région du nord de l’Ontario pour l’AASRO, croit qu’il faudra encore quelques années avant de découvrir les réels avantages de ce projet de commercialisation pour la province. « On parle d’un produit récent. Tant qu’il n’y aura pas de recherche complète et faite à long terme sur les risques d’infestation possible, la qualité et la productivité de ce genre de récolte en Ontario, je ne peux pas me prononcer sur ses avantages économiques », admet-il.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *