Volume 30 Numéro 20 Le 21 juin 2013

Éclosion de la diarrhée épidémique porcine aux É-U


Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


L’industrie porcine canadienne est sur le qui-vive depuis l’éclosion, le 16 mai, de la diarrhée épidémique porcine aux États-Unis. Il s’agit de la première fois qu’on détecte cette maladie en Amérique du Nord.

Plusieurs fermes porcines non-apparentées de quelques États du Midwest américain sont frappées par cette maladie virale qui cause des vomissements et la diarrhée chez les porcs, et peut même entraîner la mort de 40 % des porcelets atteints.

La source de la maladie n’a pas encore été déterminée, mais on soupçonne qu’elle provient de l’Asie ou de l’Europe.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) indique qu’aucun cas n’a été détecté au Canada, mais faut-il le préciser, il ne s’agit pas d’une maladie à déclaration obligatoire ou à notification immédiate au Canada.

L’ACIA, le Conseil canadien du porc et le Conseil canadien de la santé porcine (CCSP) suivent de très près l’évolution du virus afin de se préparer en cas d’éclosion.

Plus d’une centaine de personnes ont participé à une téléconférence nationale dans la semaine du 4 juin pour faire le point sur la situation et pour expliquer les mesures de biosécurité à prendre pour tenir le virus hors du Canada.

« Nous devons tous unir nos efforts pour contrer cette menace significative pour notre industrie » a affirmé le président du CCP, Jean-Guy Vincent.

La vigilance était de mise justement du 4 au 8 juin à Des Moines, en Iowa, alors que se tenait le World Pork Expo, une exposition attirant chaque année 20 000 de visiteurs de l’industrie porcine. Comme la diarrhée peut se propager à partir de chaussures contaminées, les visiteurs devaient prendre des mesures biosanitaires supplémentaires pour éviter de propager le virus.

Effets du virus
Selon le CCSP, le virus de la diarrhée épidémique endommage les intestins, réduisant la surface d’absorption et entraînant des pertes de fluides et la déshydratation.

L’ACIA précise également que la maladie virale porcine n’a aucune conséquence chez l’humain et n’affecte pas la qualité de la viande, donc ne pose aucun danger pour la salubrité des aliments.

La diarrhée épidémique porcine est originaire de l’Angleterre où elle a été détectée pour la première fois en 1971. Elle s’était propagée jusqu’à ce jour en Europe et en Asie, mais jamais elle n’avait traversé l’Atlantique ou le Pacifique pour s’introduire en Amérique du Nord, du moins jusqu’à tout récemment.

Le virus se propage d’un élevage à l’autre par les équipements ou les articles contaminés. Des mesures de sécurité pour éviter une telle éclosion au Canada peuvent être trouvées dans la Norme nationale de biosécurité pour les fermes porcines.

Le CCSP indique que le virus survit bien aux températures froides.