Volume 28 Numéro 10 Le 19 janvier 2011

Fabriquer du biodiésel chez soi!

Par Marc Dumont, collaborateur


Qui n’a jamais rêvé de ne plus avoir à passer à la pompe pour faire le plein du réservoir et le vide du portefeuille? C’est possible de fabriquer du biodiésel chez soi. Gabriel et Patrick Chartrand du Témiskaming ontarien l’ont fait. Avec leur premier système, ils ont fabriqué 1400 litres de biodiésel.

L’idée était venue de Gabriel à la suite d’une émission de télévision qui l’avait convaincu qu’il est possible de faire son propre carburant et que c’était facile. « Il a mordu là-dessus et ça m’intéressait de bâtir un système pour en faire. Alors on a acheté des plans sur Internet », confie Patrick.

« Les plans faisaient du sens, on a commencé à bâtir, on l’a défait, on l’a rebâti, on l’a fini. Les tours coulaient; ça nous a donné bien du fil à retorde. Puis, on s’est rendu compte que le système n’était pas assez gros », admet Patrick. C’est qu’il faut savoir que Patrick termine présentement la dernière année en génie mécanique à l’Université Laurentienne. De plus, il a le côté « patenteux » de son père. Au printemps, son équipe avait remporté la médaille d’or à la compétition canadienne de génie pour les universités.

Les conditions étaient donc réunies pour prendre la décision de construire un système beaucoup plus gros. Celui-ci pourra produire 2000 litres de biodiésel en 8 heures contre 383 litres en 24 heures pour l’ancien système. De plus le nouveau système sera simplifié et nécessitera moins d’interventions intensives. Il sera alimenté grâce à l’huile de friteuse à base animale ou végétale en provenance de deux restaurants de New Liskeard.

Le processus de fabrication du biodiésel se fait en 8 étapes :

  1. Remplir la tour d’huile animale ou végétale usagée
  2. Effectuer un filtrage préliminaire pour éliminer les déchets de la friture
  3. Réchauffer et mélanger. Vérifier l’acidité. Préparer un mélange de chaux et           d’alcool méthylique selon le taux d’acidité
  4. Injecter le mélange dans la tour
  5. Mélanger pendant deux heures
  6. Chauffer et donner le temps nécessaire à la réaction chimique.
  7. Arrêter de chauffer et laisser le temps au précipité de se déposer (le résidu peut       servir à la fabrication de charbon)
  8. Filtrer pour éliminer la glycérine en suspension et ce qui n’aurait pas réagi. C’est tout : vous avez du biodiésel!

L’avantage du biodiésel est qu’il est moins polluant parce qu’il ne contient pas de souffre. Il est très huileux ce qui est bien pour lubrifier les pompes. Par contre, il gèle à 0 Celsius; il faut ajouter des additifs. Puis il mange le caoutchouc, mais c’est seulement à long terme.

Le biodiésel servira à alimenter le gros camion de Gabriel qui fonctionnent présentement au diésel. Patrick planifie de s’en procurer un. Leur premier client sera 5th Wheel Driving School de New Liskeard, une école de conduite pour les gros camions et de l’équipement lourd, propriété des parents des deux garçons. L’école deviendrait alors une : « école verte ». L’avantage publicitaire de l’entreprise familiale serait considérable.

Pour Patrick, ce projet est un défi personnel qu’il s’impose : « J’aime vraiment ça de créer un processus efficace. Ça me fascine. J’ai appris énormément avec ce projet et si je refaisais un troisième système pour fabriquer du biodiésel, ça marcherait mieux. Celui-ci est trop compliqué pour rien! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *