Volume 26 Numéro 20 Le 17 juin 2009

FedNor appuie l’agriculture

Par Marc Dumont, collaborateur régional


Denise Deschamps est une agente des initiatives à FedNor bien impliquée dans le monde agricole du Nord. Photo M.Dumont.

Depuis très longtemps, FedNor est reconnu comme un organisme du gouvernement fédéral de développement économique pour le Nord qui donne des résultats. Ses agents d’initiatives sont bien connectés avec les communautés et les organisations qu’ils desservent. L’agriculture ne fait pas exception.

FedNor a aidé financièrement les producteurs du Nord de l’Ontario avec le pavillon du Nord de la Foire agricole de Toronto, la Foire gourmande de l’Abitibi-Témiskamingue et du Nord-Est ontarien et le Concours international de labour de cette année.

Ces initiatives stimulent la production agricole du Nord en faisant connaître les produits d’ici. Ça valorise les cultivateurs en éveillant leur fierté et en les encourageant à faire de l’expansion à la conquête de nouveaux marchés. Les résultats sont là pour le prouver.

L’organisme fédéral a également subventionné les municipalités du Nord pour faire un inventaire des terres agricoles: un potentiel encore sous exploité. Ce projet visait à déterminer la qualité et la quantité des sols disponibles de Matheson à Hearst.

L’étude se fera en trois étapes: l’inventaire des sols, l’étude de marché et une analyse des étapes en vue de les mettre en valeur. Les chercheurs espèrent avoir terminé une banque de donnée facile à consulter à la disposition des visiteurs du Concours international de labour qui se tiendra à Earlton en septembre prochain.

Un autre projet d’importance pour FedNor est celui du « B?uf en or ». C’est un projet conjoint d’Agriculture Canada, de l’Université de Guelph, de l’Université du Québec en Abitibi Témiskamingue en collaboration avec des producteurs de boeuf des deux côtés des frontières provinciales.

Ce boeuf élevé sans antibiotique est nourri uniquement au foin. Sa chair est riche en oméga-3 ce qui la rend particulièrement intéressante de nos jours. Ses caractéristiques en feraient un produit régional unique.

L’attrait de ce projet pour FedNor s’explique par l’implication de chercheurs, de producteurs et c’est un projet interprovincial. La phase recherche et développement est presque terminée. Pour ce qui est de la mise en marché, on ne prévoit pas de problèmes puisque les producteurs vendent déjà tout ce qu’ils produisent.

L’intérêt de FedNor pour l’industrie bovine remonte à plusieurs années alors qu’elle avait subventionné une étude pour déterminer les pistes les plus prometteuses pour l’agriculture dans le Nord de l’Ontario.

On avait identifié en outre la production de boeuf. L’organisme fédéral avait alors garanti des prêts pour la formation d’une coopérative de producteurs. Il était alors question d’augmenter le cheptel dans le Nord de l’Ontario.

Grâce à cette subvention, la coopérative a réussi à exporter des animaux pur-sang dans 17 pays. Puis dernièrement, avec les percées dans le projet du « B?uf en or », il y a un nouveau souffle dans cette industrie.

Un des représentants du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, Barry Potters, affirme qu’il y a toutes les raisons d’être optimiste dans la poursuite du projet de faire du « B?uf en or » un produit régional reconnu qui intéressera les marchés du Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *