Le 19 août 2004

Fermeture d’Agri-West: Un coup dur pour les producteurs de l’Est ontarien

Par Nathalie Forgues


Le 23 juillet dernier, Growmark a rappelé le prêt d’une valeur de près de 5,8 millions de dollars à Agri-West. Incapable de payer immédiatement ses dus, Agri-West a dû céder ses biens à Growmark obligeant la fermeture de six points de vente le 27 juillet.

« Ce n’était pas la décision de Growmark de fermer Agri-West, déclare Bernie Daly, directeur de Growmark pour la région de l’Ontario. Cette décision a été prise par les membres de la direction d’Agri-West le 26 juillet dernier suite à l’incapacité de rencontrer ses obligations. »

« Nous étions dans une position où on n’avait pas le choix de céder Agri-West à Growmark, mentionne Michel Chenier, directeur général de la Coopérative d’Embrun. Dès le 23 juillet, Embrun a dû retirer ses services de gestion lorsque qu’il est devenu évident que Growmark ne garantissait plus le paiement aux créanciers ».

Depuis novembre 2003, Growmark était le créancier principal d’Agri-West. En plus de posséder les six emplacements, soit à Finch, Chesterville, Kemptville, North Gower, Brockville et Carp, Growmark fournissait une grande part de la marchandise retrouvée sur les tablettes.

« Les locaux sont encore fermés et nous ne pouvons pas prévoir les intentions de Growmark », ajoute M. Chenier. Toutefois, une quarantaine de personnes demeurent aujourd’hui sans emploi.

De son côté, Growmark étudie plusieurs options. Les six emplacements pourraient être réouverts comme entrepôts de comté sous une propriété privée. Growmark pourrait également ordonner la liquidation des entrepôts si aucun négociateur qualifié n’est intéressé, ou vendre les entrepôts pour en retirer la valeur de la propriété.

« Nous travaillons présentement avec Tru Serv Canada afin de trouver les candidats qualifiés pour le Country Depot Dealerships. Maintenir une présence dans chacun des emplacements d’Agri-West est une priorité pour Growmark », souligne M. Daly.

Du déjà vu
En novembre 2000, la Coopérative AgriEst vivait la même situation. C’est la Coopérative fédérée de Québec qui a acquis les principaux actifs d’AgriEst afin que cette dernière puisse continuer à desservir la clientèle d’une grande partie de l’Est ontarien.

À son tour, la Coopérative AgriEst veut offrir son appui à Agri-West. Le président de cette dernière, Marc Quesnel, a discuté avec le président d’Agri-West, Charles Bennett afin de lui parler de l’expérience vécue quelques années plus tôt tout en lui expliquant ce que la Fédérée pourrait éventuellement leur offrir.

Toutefois, M. Bennett ne sait toujours pas ce qui va se passer prochainement puisque Growmark ne semble pas vouloir communiquer l’information.

Pour sa part, Pierre Bercier, président de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, n’est pas surpris du déroulement de l’événement. « Depuis la crise de la vache folle, les agriculteurs ont des difficultés financières ayant des conséquences sur les fournisseurs d’intrants. » De plus, M. Bercier est conscient que la gérance de six emplacements n’est pas facile.

Il poursuit en disant qu’Agri-West est une jeune institution encore fragile qui n’a pas eu l’encadrement nécessaire dont la Coopérative AgriEst a pu bénéficier quelques années plus tôt. « La Fédérée offre beaucoup d’encadrement. Les membres du Conseil d’administration ont reçu des cours de formation. C’est cet encadrement qui nous manquait lorsque nous étions avec Growmark. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *