Volume 30 Numéro 12 Le 28 février 2013

Figures proues de leur communauté


Fernande et Gérald Beaudry recevront le Prix d'excellence en agriculture Pierre-Bercier, le 21 mars prochain, à Sturgeon Falls. Photo courtoisie

Marc-André Tessier

Par Marc-André Tessier
Collaborateur
info@journalagricom.ca


L’Union des cultivateurs franco-ontariens remettra le Prix d’excellence en agriculture Pierre-Bercier à Fernande et Gérald Beaudry, lors de son banquet annuel à Verner le 21 mars prochain. Propriétaires d’une ferme de grandes cultures de 200 acres depuis 39 ans, les deux récipiendaires se sont démarqués par leur implication communautaire.

Ayant été élevé sur une ferme laitière, Gérald ne se voit nulle part d’autre qu’au grand air de la campagne. Il se plaît à dire que c’est le mince 2 % de la population que sont les producteurs agricoles qui nourrit l’autre 98 %, ce qui rend la profession très importante à ses yeux.

L’entreprise familiale étant entre les bonnes mains de son frère, Gérald a jeté son dévolu sur une autre ferme et s’est enraciné,  avec son épouse Fernande, dans le village de Verner.

Travaillant de jour comme professeur en agriculture, en science et en mathématique à l’école secondaire, Gérald dédie ses temps libres à la ferme. C’est avec un soin et une attention méticuleuse que Gérald veille à ses plants d’avoine, d’orge et de canola.. Son avoine est rapidement devenue très populaire auprès des éleveurs de chevaux, qui vantent la qualité du grain que Gérald produit.

Bien qu’il embauche de l’aide temporaire lors des périodes très achalandées, Gérald travaille seul sur la ferme. « Je n’ai que 200 acres, alors ce n’est pas si pire. J’y vais à mon rythme sans me mettre de pression », confie-t-il,  minimisant l’effort colossal qu’il consacre à ses champs.

Implication communautaire
Pour Fernande et Gérald, les activités ne se limitent pas qu’à la ferme, bien au contraire. Ils ont chacun laissé leur marque dans leur communauté.

Après avoir été conseiller scolaire et municipal, Gérald s’est démarqué dans la confrérie agricole et est vite devenu une référence chez les producteurs du nord de l’Ontario.  Il a siégé comme directeur et président de la Coopérative régionale de Nipissing-Sudbury, administrateur pour l’Union des cultivateurs franco-ontariens, ainsi que directeur provincial de l’Association pour l’amélioration des sols et récoltes de l’Ontario. Plus récemment, entre 2005 et 2008, il a été administrateur chez Agricorp.

Décidément, l’agriculture ontarienne ne présente aucun mystère pour Gérald! Son ami et collègue, Raymond Brouillette, n’en est gère surpris. « Quand Gérald entreprend quelque chose, il n’y va pas par quatre chemins, avoue-t-il. Il s’y donne corps et âme, il s’y dévoue. »

De son côté, Fernande n’est pas en reste.  Passionnée des arts et de la culture, elle organise des chorales et des évènements artistiques, mais c’est surtout pour son implication au sein du Conseil des arts de Nipissing-Ouest dont elle est particulièrement fière. « Nous avons réussi à attirer une foule d’artistes [francophones] de grande renommée ici, comme Mario Pelchat ou Bruno Pelletier » déclare Fernande, un sourire brillant aux lèvres. Pour elle, des activités comme celles-là sont des signes d’une communauté saine et active.

Deux passionnés qui n’ont pas froid aux yeux

Natifs du nord de l’Ontario, Fernande et Gérald se sont rencontrés lorsqu’ils se sont tous deux présentés à une danse. « On était plusieurs en blind date, mais Gérald n’était pas mon partenaire. Il y a eu quelques changements au cours de la soirée, et j’ai fini avec lui », lance Fernande en taquinant son amoureux avec qui elle est mariée depuis plus de 40 ans déjà.

Était-ce le destin que ces deux passionnés se rencontrent ou bien se sont-ils motivés mutuellement? D’une manière ou d’une autre, le duo a laissé sa trace dans la communauté agricole et culturelle. Engagés et fiers de leur langue et culture, les Beaudry ont réussi à inculquer les valeurs d’éthique de travail, d’implication francophone et du sens de la communauté à tous ceux qui les ont côtoyés au cours de leur vie bien remplie.

Impossible de savoir ce que le futur leur réserve, mais chose certaine, ils vont continuer d’être des modèles d’implication dans leur communauté et vont travailler à la vigueur de cette dernière tant et aussi longtemps que la santé le permettra. Pour ce couple qui n’a pas peur des défis, souhaitons que la retraite soit encore très loin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *