Volume 30 Numéro 15 Le 12 avril 2013

Foire agricole d’Earlton : Le reflet d’un changement


Vue d'ensemble de la foire durant un des encans Photo M Dumont

Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


L’édition 2013 de la Foire agricole d’Earlton qui s’est tenue les 5 et 6 avril a connu une augmentation de son achalandage ; près de 2000 personnes l’ont visitée. Cette édition reflétait une fois plus le changement du paysage agricole au Témiskaming.

Les espaces pour kiosques se sont vendus rapidement et il a même fallu refuser des exposants, faute de place. La soixantaine d’exposants a profité de cette vitrine pour présenter des produits et tisser des liens dans une atmosphère informelle et conviviale.

La raison pour laquelle de plus en plus d’entreprises et services veulent cette visibilité est que l’agriculture change au Témiskaming. Il ne s’est jamais fait tant de terres neuves que ces dernières années. Des agriculteurs du Sud achètent des fermes. Les fermes grossissent et l’agriculture industrielle s’installe de plus en plus. Bref la région agricole du Témiskaming n’est plus cette région perdue et isolée d’autrefois.

Par exemple, il n’y a longtemps eu que trois vendeurs de semences à la foire, alors que cette fois-ci, il y en avait 15.

Signe que les temps changent, il y avait moins de machinerie à l’intérieur de l’aréna d’Earlton. Cela s’explique par le fait que certains tracteurs et accessoires sont devenus beaucoup trop gros pour y pénétrer. Il fallait donc aller à l’extérieur pour admirer ces nouveaux géants des champs.

Changement de visiteurs  À l’origine, cette foire était à peu près exclusivement un rendez-vous d’agriculteurs pour se renseigner sur les nouveautés en machinerie et en biens et services agricoles de toutes sortes. Depuis que l’Association pour l’amélioration des sols et des récoltes du nord-est de l’Ontario l’organise, la foire s’est ouverte à un éventail plus diversifié de visiteurs.

Cette année, c’était plus évident que jamais que cette foire avait ajouté un volet éducatif. Par exemple, certains regroupements ont nolisé des autobus scolaires pour amener des élèves à la foire. Des animaux de ferme les attendaient, puis les concessionnaires de machineries agricoles leur ont permis de monter dans des tracteurs. Il s’agissait en quelque sorte d’une petite séduction, question de les sensibiliser au domaine agricole. Qui sait, peut-être comptait-on parmi eux la relève de demain.

Il n’en demeure pas moins que cette foire est un événement social pour toutes les catégories d’âges d’agriculteurs. Les cultivateurs à la retraite viennent observer l’évolution technologique qu’ils ont peine à suivre, de même que pour rencontrer de vieux amis et se remémorer leurs exploits agricoles d’antan.

La relève vient quant à elle réseauter et échanger sur les nouvelles tendances, alors que les cultivateurs de longue date se renseignent sur les nouvelles variétés de semences, les engrais, les suppléments alimentaires et les nouveaux équipements sur le marché. On jase aussi beaucoup des résultats des essais de la dernière saison, ce qu’on tentera cette année et de projets d’amélioration de la ferme. Tout cela dans un climat de chaude camaraderie.

En plus des kiosques de la foire, il y avait des visites de fermes, des ateliers, un déjeuner communautaire, une exposition de dessins d’enfants, une compétition de fourrage et de semences et un encan d’articles offerts par les exposants.

L’Association pour l’amélioration des sols et des récoltes du nord-est de l’Ontario a encore une fois remporté son défi. La Foire agricole d’Earlton est devenue un événement régional et les visiteurs sont venus d’aussi loin que du Québec pour y assister.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *