Le 18 mars 2004

Généreux don du Collège d’Alfred à la Banque alimentaire de Hawkesbury

Par Chantal Quirion


Le Collège d’Alfred a fait don de deux vaches de réforme à la banque alimentaire de Hawkesbury.
Pour Gilbert Héroux, le directeur du Collège d’Alfred de l’Université de Guelph, il s’agit d’un geste qui s’inscrit parfaitement dans la mission du Collège en tant qu’organe de soutien communautaire. « Le Collège d’Alfred appartient à la communauté et il est important de manifester notre présence où le besoin s’en fait sentir », a-t-il précisé.

Ce don arrive à point pour la Banque alimentaire de Hawkesbury qui ne bénéficie d’aucune subvention pour fournir les services et les denrées aux quatre cents membres qu’elle dessert. « C’est un partenariat extraordinaire, s’est exclamé la présidente de la Banque alimentaire, Jocelyne Tanguay. Ça fait du bien de voir qu’il y a des gens qui pensent à nous ».

Pour cet organisme, composer avec la hausse des prix constitue un réel casse-tête. Madame Tanguay constate qu’en un an, le prix qu’elle paie pour le boeuf haché est passé de 0.99$ à 1.79$ la livre. Avec ce don du Collège, la banque alimentaire se retrouve avec près de 700 livres de boeuf haché et de boeuf en cubes pour quelque 0.38$ la livre, une fois le dépeçage payé.

L’adjointe de direction, Lucie Rouleau, mentionne qu’en plus des paniers qu’elle remet hebdomadairement, la banque alimentaire sert deux fois la semaine, dans sa salle à manger, des dîners d’amitié, pour lesquels les gens paient en fonction de leurs revenus. Cette réserve de boeuf sera donc écoulée en l’espace d’un à un mois et demi.

Gilbert Héroux se dit bien conscient de la situation défavorisée qui affecte une partie importante de cette région et se dit heureux de pouvoir épauler la Banque alimentaire de Hawkesbury, qui depuis juillet 1998 abat un travail colossal pour contrer la pauvreté.
Ouverte cinq jours par semaine, la banque alimentaire est en mesure d’offrir ses services grâce à une équipe d’une cinquantaine de bénévoles.

À tous les trois mois, elle reçoit un chargement de denrées non périssables du Centre de distribution alimentaire de Toronto, son unique source régulière de denrées pour laquelle elle doit cependant payer le transport. Il va s’en dire que les dons sont les bienvenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *