Volume 28 Numéro 18 Le 18 mai 2011

Hausse de la valeur des terres agricoles maintenue

Par Isabelle Lessard, Agricom
info.agricom@lavoieagricole.ca


La valeur des terres agricoles en Ontario a augmenté en moyenne de 2,4% dans la deuxième moitié de 2010. Ces données ont été dévoilées dans le rapport Valeur des terres agricoles de Financement agricole Canada (FAC) et font suite à d’autres hausses qu’ont connues les deux périodes précédentes.

 

« La valeur des terres canadiennes se porte bien et une analyse des marchés mondiaux dans le contexte du financement actuel porte à croire que les prix des terres agricoles pourraient augmenter encore davantage », précise Jean-Philippe Gervais, économiste agricole principal à FAC. 

 

D’ailleurs, l’Ontario est la province qui a connu la plus grosse hausse de la valeur des terres agricoles en 2010. De fait, la valeur moyenne des terres canadiennes a quant à elle augmenté de 2,1%. Le rapport de la FAC révèle aussi que la valeur a augmenté en moyenne de 0,6 % par mois en 2010, en Ontario.

 

Les terres du Sud-Ouest et de l’Est de l’Ontario ont pour leur part connu une augmentation plus importante que les autres régions de la province. « L’agriculture en Ontario est concentré dans le Sud-Ouest et dans l’Est, explique Jean Lacroix, directeur d’évaluation chez FAC. On y retrouve des fermes laitières et comme ils sont restreints avec l’achat du quota, ils [les producteurs laitiers] cherchent à investir de d’autres façons, par l’achat de terres par exemple ».

 

Le directeur d’évaluation poursuit en spécifiant que ces terres sont acquises entre autres pour la production de grandes cultures. « Les familles composées de 2 ou 3 enfants qui veulent prendre la relève et dont la production laitière n’est pas suffisante pour subvenir à leurs besoin prennent de l’expansion dans d’autres secteurs, dont les grandes cultures », explique M. Lacroix. Les terres, faut-il le mentionner, représentent un investissement stable et performant pour les agriculteurs et offrent un potentiel de rentabilité non négligeable. Les faibles taux d’intérêt ont eux aussi contribué à la tendance, de même que les rendements élevés et les prix accrus des produits de base.

 

La FAC explique aussi que les grandes exploitations d’élevage intensif ont fait l’acquisition de terres afin de satisfaire aux exigences des programmes de gestion des éléments nutritifs. Ces cultures commerciales ont par conséquent créé un engouement pour l’achat de terres cultivables, ce qui a contribué à la hausse de leur valeur.

Selon un sondage mené par FAC à l’automne, 28 % des producteurs ontariens ayant répondu ont affirmé avoir l’intention d’accroître leurs dépenses en capital liées aux terres en 2011. Les producteurs de céréales (33%), de volaille (32%) et de lait (28%) sont plus nombreux à prévoir accroître leurs dépenses liées aux terres pour l’année à venir que les producteurs d’autres animaux (21%), de porc (17%) et de produits horticoles (17%).

Pour consulter le rapport de la FAC qui fournit des renseignements sur les variations de la valeur des terres pour l’ensemble du Canada, visitez www.valeurdesterresagricoles.ca.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *