Volume 26 Numéro 03 Le 17 septembre 2008

Inauguration de la MFR franco-ontarienne


Maxime Castonguay, Pasquale Donovan, Mireille Hanton, Diane Mongeon, Andréann Dinelle, France Maher, Daniel Lalande et à l’avant Carl Villeneuve représentent huit des neuf élèves inscrits à la Maison familiale rurale franco-ontarienne en agriculture ou en

Depuis 2004, des efforts considérables ont été déployés afin de mettre sur pied la première Maison familiale rurale en Ontario.

Le résultat est maintenant tangible puisque la maison familiale rurale franco-ontarienne a accueillis ses premiers élèves le 26 août 2008.

Neuf élèves ayant comme objectif commun de compléter leur diplôme d’études secondaires d’une manière novatrice, soit par alternance études/stages avec hébergement, ont foulé les planchers de leur résidence et leur local de classe situés à Alfred.

«Les connaissances que je vais acquérir sont axés sur le domaine qui m’intéresse et elles me serviront plus tard», précise Maxime Castonguay, un des pionniers inscrit au programme en agriculture cette année.

Inauguration officielle

Le 13 septembre 2008, plusieurs personnes ont eu l’occasion de visiter les installations de la MFRFO afin de mieux comprendre le milieu dans lequel évoluent les élèves.

Par la suite, les dignitaires, partenaires et gens de la communauté se sont réunis à l’Université de Guelph-Campus d’Alfred pour officialiser l’ouverture historique de cette maison d’enseignement.

«Le concept des MFR existe depuis 1937 en France. Ce mode d’apprentissage par alternance intégrative responsabilise l’élève, lui permet de déployer son autonomie et son leadership dans un environnement francophone», explique Monsieur Luc Morin, président de la MFRFO.

Ce nouveau projet en Ontario contribue à contrer l’exode rural, à répondre aux besoins de main-d’oeuvre du milieu rural, à renforcer l’usage du français de l’apprenant dans sa communauté et à la revitalisation du milieu rural.

M. Morin a aussi profité aussi de l’occasion pour présenter la directrice générale de l’organisation, Mme Mariève Breton : «Quoi de mieux qu’une personne axée sur le communautaire et forte d’une expérience en milieu rurale pour assurer la direction d’un organisme à but non lucratif orienté pour la communauté dans ce milieu», a-t-il inclus dans son allocution.

Pour M. François Benoît, directeur de l’éducation au Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario, «la raison d’être de ce programme est de donner les outils à nos enfants afin qu’ils deviennent des leaders au sein de nos communautés».

La coupe du ruban par des élèves de la MFRFO a permis d’officialiser l’inauguration cette nouvelle institution.

La soirée s’est poursuivie lors du souper Braises d’Automne où un encan silencieux a permis de recueillir des fonds pour la MFRFO.

Merci aux partenaires!

Cette école a vu le jour grâce à la collaboration étroite en différents partenaires du milieu pour un total de 1,5 million de dollars investis par la collectivité francophone en ressources humaines.

Les partenaires sont l’Université de Guelph-Campus d’Alfred, le RDÉE Ontario, le CEPEO, l’UCFO, MFR-Québec, le Conseil de la coopération de l’Ontario, Purina, les gens d’affaires, les producteurs agricoles et les bénévoles issus de la communauté.

Sans oublier les partenaires financiers tels que la Fondation Trillium de l’Ontario, la Fondation franco-ontarienne, le Secrétariat rural du Canada; Desjardins Caisse populaire d’Alfred, le regroupement des Caisses populaires de St-Laurent/Outaouais, la Société de développement communautaire de Prescott et Russell et les municipalités des Comtés unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *