Volume 30 Numéro 21 Le 12 juillet 2013

K. Wynne : Moins de temps à consacrer à l’agriculture?


Photo I Lessard

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


Le critique officiel en matière d’agro-alimentation, Ernie Hardeman, s’inquiète qu’avec un troisième chapeau à porter, la première ministre ne néglige davantage le secteur agricole. Kathleen Wynne a choisi d’ajouter à sa liste de fonctions celle de ministre des Affaires intergouvernementales à la suite de la démission de sa ministre, Laurel Broten, le 2 juillet dernier.

La députée libérale d’Etobicoke-Lakeshore depuis 2003, a annoncé son départ de la vie politique ontarienne. La première ministre et ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a informé qu’elle cumulerait aussi le poste de ministre des Affaires intergouvernementales.

« Il allait de soi qu’elle occupe cette fonction », s’est contenté de commenter à l’Agricom l’attachée de presse de la ministre Wynne, Gabrielle Gallant, en spécifiant que l’Ontario s’apprête à accueillir la conférence des premiers ministres canadiens du 24 au 26 juillet, à Niagara-on-the-Lake.

Mais cet argument ne fait pas le poids aux yeux du député conservateur, Ernie Hardeman.

«Je  m’inquiète de constater qu’elle croit maintenant pouvoir remplir à la fois la fonction de ministre des Affaires intergouvernementales et celle de ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation en plus d’occuper le poste de première ministre», a déclaré M. Hardeman.

Ce dernier craint que Kathleen Wynne « ne consacre encore moins de temps à l’agriculture et à l’alimentation » et que les cultivateurs soient laissés pour compte.

«La fonction de ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation n’est pas seulement de se rendre à des événements et de participer à des séances de photo. En effet, quand il y a des problèmes, comme la récente inondation des fermes, le devoir du ministre est aussi d’être disponible pour voir les dommages de ses propres yeux et prendre le temps de bien comprendre les défis auxquels doivent faire face nos producteurs agricoles, tels que les formalités administratives, et de les régler au plus tôt»», a affirmé par voie de communiqué M. Hardeman.

Celui-ci a d’ailleurs manifesté son empathie envers les agriculteurs le 21 juin dernier où il en a rencontré une vingtaine d’entre eux lors d’un point de presse à Vars, dans l’Est ontarien.

« Nos agriculteurs travaillent fort et visent le succès, mais le gouvernement leur met des bâtons dans les roues », a-t-il commenté au sujet de la lourdeur administrative. Selon lui, un sondage mené par son parti révèle que les agriculteurs ontariens passent en moyenne 154 heures par année, soit près de quatre semaines de travail normales, à compléter la paperasse gouvernementale.

Ces accusations du parti de l’opposition ont cependant été réfutées par le cabinet de la première ministre. « Le nouveau gouvernement de l’Ontario s’est donné comme principale priorité de combler l’écart qui existe entre les communautés rurales et urbaines et cet engagement qu’a pris la Première Ministre Wynne envers le dossier de l’agriculture et de l’alimentation, s’est affirmé durant les derniers mois par de nombreuses réalisations relatives aux politiques du gouvernement », a répliqué l’attachée de presse de Kathleen Wynne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *