Volume 30 Numéro 12 Le 28 février 2013

L’ex-ministre de l’Agriculture Eugene Whelan s’éteint

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


Alors que la remise en question du système de gestion de l’offre bat son plein depuis quelque temps, l’un des bâtisseurs des offices de commercialisation canadiens s’est éteint. Eugene Whelan est décédé le 19 février à l’âge de 88 ans.

L’ex-ministre de l’Agriculture et sénateur a succombé des suites d’un AVC à sa résidence d’Amherstburg, près de Windsor. L’homme dont la marque de commerce était son chapeau de cowboy vert a siégé à la Chambre des communes comme député libéral pour la circonscription d’Essex pendant 22 ans.

Eugene F. Whelan a servi comme ministre de l’Agriculture fédéral pendant 12 ans entre 1972 et 1984, à l’exception d’une période de neuf mois pendant laquelle les conservateurs de Joe Clark ont occupé le pouvoir, entre mai 1979 et février 1978. C’est Pierre Elliott Trudeau qui l’avait nommé à ce poste et il y est resté jusqu’à la démission de son chef.

Fervent défenseur
Étant lui-même agriculteur, M. Whelan a été un ardent défenseur du milieu agroalimentaire.

« Fier résidant du sud-ouest de l’Ontario, Eugene a défendu énergiquement les intérêts des agriculteurs canadiens pendant des décennies sur la scène politique municipale et fédérale », a commenté le ministre de l’Agriculture, Gerry Ritz.

Après avoir observé le succès de la Commission canadienne du lait, c’est sous son règne qu’ont été implantés les systèmes de gestion de l’offre pour les œufs, en 1972, la dinde, en 1974 et la production de poulets, en 1978.

On dit de lui qu’il a également lutté pour maintenir des conditions viables pour les agriculteurs canadiens, notamment par le biais d’amendements à la Loi sur la stabilisation des prix agricoles et l’introduction de la Loi sur la stabilisation des grains de l’Ouest. Enfin, il a convaincu le gouvernement fédéral d’accroître son soutien aux agriculteurs. C’est lui qui a introduit la Loi sur le paiement anticipé des récoltes.

Tous reconnaissent qu’il avait à cœur les intérêts des producteurs de son pays.

« On se souviendra de lui pour ce qu’il a fait afin que les espoirs, les idées et les idéaux de la communauté agricole du Canada se reflètent dans une politique nationale de même que pour la façon dont il est parvenu à ouvrir les marchés internationaux aux agriculteurs canadiens », a déclaré la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne.

Il a également défendu les agriculteurs des pays en voie de développement lorsqu’il a été nommé ambassadeur du Canada à l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en 1984. Il avait été destitué de ses fonctions par Brian Mulroney qui en avait fait une promesse électorale la même année.

Jean Chrétien avait nommé M. Whelan au poste de sénateur en 1996.

L’Ontario d’abord
Bien qu’on se souvienne davantage de lui pour son leg à l’échelle nationale et internationale, M. Whelan a également laissé sa trace en Ontario, sa province natale.

Après être entré en politique à l’âge de 21 ans, il a notamment fait parti du conseil d’administration du United Co-operatives of Ontario, l’équivalent anglophone du Conseil de la coopération de l’Ontario, et la compagnie d’assurance Co-operators.

L’homme au chapeau de cowboy est également un membre fondateur de la Commission ontarienne de commercialisation du blé et de la Fédération de l’Agriculture de l’Ontario.

Eugene Whelan a été introduit au Canadian Agricultural Hall of Fame et au Ontario Hall of Fame la même année, soit en 2001.

Ses funérailles ont été célébrées le 23 février à l’église baptiste St-John de Amherstburg. Plusieurs personnalités publiques, dont l’ex-premier ministre Jean Chrétien, lui ont rendu hommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *