Autres

L’Expo rurale 2001 Un grand succès malgré les circonstances

Par Pierre Glaudepar Pierre Glaude
info.agricom@atreide.net


«Même si la participation du grand public a été en deçà de nos attentes, nous estimons que l’Expo rurale 2001 et le concours international de labour 2001 ont été somme toute un succès sans précédent» a affirmé à Agricom M. Glyn Chancey président adjoint du comité organisateur.

Ce dernier a imputé aux événements du 11 septembre à New York et aux deux jours de mauvais temps le manque de visiteurs. «Nous avions fait beaucoup de publicité dans le nord-est des États-Unis  mais ces gens ont été découragés de venir parque que les postes à la frontière laissaient passer les gens au compte-goutte. De plus, tout au long des cinq jours de l’événement, les médias ne parlaient que des conséquences des événements de New York et ont donné très peu de visibilité à l’Expo rurale. Beaucoup de gens d’Ottawa ont ainsi oublié que l’Expo rurale avait lieu» a expliqué M. Chancey. Il a aussi expliqué que la pluie du samedi matin avait eu un impact très négatif. «Samedi devait être la journée ou plein de citadins devaient venir, mais le temps maussade de l’avant-midi leur a fait changer d’idée» poursuit le président adjoint.

Un grand succès malgré tout
«Nous visions une année record et nous avons obtenu une participation moyenne. C’est très bien, nous avons attiré quelque 80 000 visiteurs malgré les circonstances exceptionnellement difficiles hors de notre contrôle avec lesquelles nous avons dû composer» a-t-il soutenu. Il précise que l’an passé le même événement avait attiré quelque 85 000 visiteurs dans la région de Guelph au cours d’une année normale.

Les organisateurs estiment que le concours de labour et l’Expo rurale demeureront «dans une classe à part» dans les annales de l’Ontario Plowmen’s Association et ce tant sur le plan de l’excellence que sur le plan de la diversité. «Nous avions un emplacement exceptionnel qui nous permettait de faire les choses d’une façon différente» a dit M. Chancey. Il a donné en exemple le fait que les concours de labour se tenaient tout près de l’Expo. «Les gens pouvaient facilement aller d’un endroit à l’autre ce qui a rehaussé l’intérêt pour le concours de labour. Notre aire de conservation située tout près a aussi attiré beaucoup de gens. C’était une première. La qualité des exposants a aussi été très remarquée. C’était la première fois aussi que le village de tentes avait une place centrale bien démarquée où se déroulaient toutes sortes d’activités.»

Les francophones au rendez-vous
Un des accomplissements dont les organisateurs sont le plus fier c’est celui d’avoir réussi à faire de l’Expo rurale un événement bilingue. «Nous avions tout mis en oeuvre pour faire de l’Expo rurale un événement bilingue, ce qui constituait une première» de dire M. Sam Dagg président du comité organisateur. «La question que nous nous posions tous était à savoir si les francophones seraient au rendez-vous’ Or il suffisait de passer quelques minutes sur les lieux pour constater que ceux-ci avaient bel et bien répondu à l’appel.»

«J’entendais parler français partout et j’estime que de 30 à 40 pour cent des visiteurs étaient des francophones» a déclaré Glyn Chancey. Il a rajouté que de très nombreux francophones avaient travaillé comme bénévole ce qui a permis à l’organisation de rehausser la qualité en français dans tous les services aux visiteurs. «Nous sommes vraiment fiers d’avoir réussi à relever le grand défi de rendre cet événement bilingue» a-t-il conclu.

Et le bilan financier?
Il est trop tôt pour faire le bilan financier selon les organisateurs qui avouent que le manque de visiteurs pouvait faire couler de l’encre rouge. Par contre l’événement a attiré un nombre record de commanditaires ce qui pourrait compenser pour le manque à gagner aux guichets selon les organisateurs.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *