Le 3 septembre 2003

L’Exposition agricole de Pont-Château: Animée par la passion du monde rural

Par Chantal Quirion


Pour Eddy Proulx, président de l’Exposition agricole et agroalimentaire de Pont-Château le but de l’événement est de faire connaître le milieu rural auquel il est très dévoué. Photo C.Quirion.

L’Exposition agricole et agroalimentaire de Pont-Château aura accueilli au-delà de 7 000 visiteurs lors de sa 124e édition au cours du long week-end de la fête du travail. Propriétaire de plus de quarante acres de terrains l’exposition projette offrir des activités permanentes.

Depuis jeudi, la foule abonde sur le terrain de la très populaire Expo de Pont-Château. Pour Eddy Proulx le président, c’est un réel succès. « Notre mandat est d’abord familial et éducatif», précise monsieur Proulx. « Nous voulons faire connaître le milieu rural: nous avons plus de sept cents jeunes de trois écoles de la région qui sont venus s’initier à la traite des vaches, et pour plusieurs, c’était une première»,soutient le président.

L’Exposition de Pont-Château était d’ailleurs l’hôte du jugement Holstein pour le Club Holstein de Papineauville. Plus de 140 sujets ont été présentés dans le cadre de ce jugement et les magnifiques bêtes ont pu être admirées pour la durée de l’exposition.

De jeunes ruraux ont eu l’occasion de se distinguer lors du concours de présentation de veaux laitiers et même les jeunes de dix ans et moins ont pu en faire l’expérience: une catégorie Pee-wee réservée à cet effet a permis à de tout petits de manier le licou. « Vous auriez dû voir leur sourire! », s’exclame Eddy Proulx, racontant combien les enfants étaient fiers et satisfaits de leur exploit.

Le Cercle des fermières présentait de très belles pièces d’artisanat dans le bâtiment Roméo Besner, nommé en l’honneur de l’ancien propriétaire du terrain. C’est d’ailleurs Hector Besner, son petit-fils et aujourd’hui curé, qui officiait la messe célébrée sur le site. Le bâtiment accueillait également des expositions maraîchères dont la présentation était très réussie.

Le Collège d’Alfred était présent sur les lieux pour informer de ses mandats et services. Rappelons q?il s’agit de la seule institution d’enseignement d’agriculture de langue française en Ontario et ce, à moins d’une heure de Montréal.

Tout au long de la durée de l’événement, les gens ont pu se divertir de bien des façons: danses folkloriques et country, spectacles de variétés, concours de tirs de poneys et concours de chevaux avec le Club d’attelage St-Lazare et ce, en plus du populaire Derby de démolition qui a attiré une foule très animée.

Bien sûr, les enfants n’ont pas été laissés pour compte et une aire des jeux gonflables à leur attention a été aménagée ainsi qu’un véritable labyrinthe sculpté dans un champ de maïs. Fantaisie et fête allant de pair, les jeunes ont goûté à la magie d’un carrousel de poneys et des services de maquillage. Sur place, du plus traditionnel au plus exotique, les animaux de toutes sortes ont réjoui l’?il curieux du petit comme du grand.

Côté agroalimentaire, des producteurs biologiques de la région ont initié le public avec des conférences et des dégustations de merveilleux produits, aussi savoureux qu’alléchants. Légumes, farines, huile de tournesol, sirop d’érable et de nombreux produits dérivés du miel étaient à l’honneur.

Aménagé sur le site, un jardin écologique renseignait le public sur l’art du compagnonnage en production maraîchère. C’est d’ailleurs un projet qui s’inscrit au nombre des réalisations effectuées par dix jeunes qui, dans le cadre d’un programme d’insertion au marché du travail en milieu rural, ont également participé activement à la préparation des infrastructures.

À ce titre, Pierre Mass, l’un des administrateurs de l’exposition, souligne l’excellent travail de cette équipe: « En plus des nombreux travaux comme le jardin et les clôtures, les jeunes sont en train d’aménager des pistes pédestres », mentionne monsieur Mass qui nous informe que ces pistes seront éventuellement accessibles en permanence. C’est un projet parmi d’autres, qui vise à faire du terrain de l’exposition un lieu qui profite plus que quatre jours par année.

« Nous entrevoyons des collaborations avec le Collège Macdonald et le Collège d’Alfred, notre site pourrait servir éventuellement à la culture de parcelles expérimentales et accueillerait possiblement une ferme expérimentale», conclut Pierre Mass, dont le souhait est d’en faire bénéficier la population rurale en tout temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *