Volume 25 Numéro 17 Le 7 mai 2008

L’implication des femmes, une ressource convoitée

Par Mariève Breton, collaboration spéciale


Les participantes de la journée. 1ère rangée: Valérie Quesnel, Monique Benoît, Shanna Lavigne, Francine Cayouette et Colette Séguin. 2e rangée: Sophie Bédard, Marie Gratton, Gisèle Gagné, Ginette Quesnel, Isabelle Leduc, Diane Leduc, Carole Desnoyers et L

Sous le thème «Vivre en coopération», le 22 avril 2008, une douzaine de femmes de la région de Prescott-Russell ont répondu à l’invitation de leur coopérative (AgriEst c.a.c et/ou la Fromagerie St-Albert) pour une journée sur les femmes et la coopération. Sophie Bédard, administratrice à La Coop fédérée, a été la conférencière invitée.

Tout en donnant de l’information sur la coopération, cette rencontre a pour but de tisser des liens d’amitiés entre les femmes. Un dîner-causerie leur a, entre autres, permis d’échanger et de partager leurs expériences.

Un plan d’action pour augmenter la représentativité des femmes
Le temps à accorder à l’implication sociale est souvent un facteur limitatif pour les femmes. Cependant, les idées qu’elles apportent et l’ordre dans lequel elles le font, amènent souvent un vent de fraîcheur dans les organismes.

De plus, la bonne gouvernance des coopératives est influencée par une composition adéquate de leur conseil d’administration. Pour ces raisons, La Coop fédérée a mis de l’avant des mesures afin de motiver l’implication des femmes. Par exemple, Sophie Bédard occupe un poste réservé exclusivement à une femme au sein du conseil d’administration (C.A.) de La Coop fédérée.

L’objectif visé par La Coop fédérée est d’atteindre 20% de représentativité des femmes au sein des conseils d’administration de ses coopératives membres. Une augmentation de 2% a déjà été enregistrée depuis le début du plan d’action en 2005, pour atteindre 10,2% de femmes siégeant présentement aux C.A. des coopératives agricoles.

« Le plan d’action est réalisé en collaboration avec les administratrices déjà en poste qui appuient la promotion en partageant leur expérience d’administratrice en vue de démythifier et de valoriser leur poste auprès des autres femmes », explique Mme Bédard.

Finalement, aux dires de Mme Bédard, les hommes ont plutôt tendance à s’engager dans une organisation de père en fils tandis que les femmes s’engagent avec un but précis de faire bouger les choses. Une fois que cet objectif est atteint, elles se tournent vers un nouveau cheval de bataille.

Une invitation est donc lancée à toutes les femmes désireuses de s’impliquer au sein d’un Conseil d’administration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *