Le 8 juillet 2005

La construction de l’usine d’éthanol à Cornwall: tout est là!

Par Pierre-Alain Blais


Cette annonce d’aide financière a été particulièrement bien accueillie par les promoteurs du projet d’usine d’éthanol à Cornwall, la Seaway Valley farmers Energy Co-operative Inc.

Bien que tous les éléments soient maintenant en place ? le financement comme les permis environnementaux ? cet accès à du financement supplémentaire est perçu comme une assurance de plus pour la réalisation du projet. « C’est la première fois depuis treize ans que nous avons accès à un capital suffisant pour réaliser notre usine d’éthanol », a confié à Agricom, Alain Leduc, producteur de grains et président du conseil d’administration de l’usine, le Seaway Grain Processors Inc, propriété exclusive de la coopérative de producteurs Seaway.

Ainsi, sous le premier volet du Fonds de développement d’éthanol, c’est d’une injection en capital de presque 7 millions de dollars dont pourrait bénéficier le projet de Cornwall, ce qui devrait encourager la réalisation du projet qui a connu de nombreux délais depuis son lancement au début des années 1990.

Mais avant que l’on puisse faire la première levée de terre et inaugurer officiellement le chantier, un nouveau devis doit être réalisé par l’entrepreneur général, car le dernier en date ne serait plus à jour.

La construction de l’usine d’éthanol de type « clé-en-main » sur un terrain de 27 acres dans le parc industriel est de Cornwall, un projet évalué entre 58 et 62 millions de dollars selon des chiffres fournis par M. Leduc, devrait prendre de 14 à 18 mois à se réaliser. Comme le disait Alain Leduc, « même si on débutait la construction cet été, il ne faudra pas compter sur cette usine avant la fin de l’année 2006 ».

L’usine utilisera du maïs comme matière première, qu’elle compte acheter prioritairement de ses agriculteurs-sociétaires et du marché ontarien. Elle devrait avoir une capacité de 69 millions de litres d’éthanol par année.

Est-ce que ce coup de pouce inespéré du Fonds de développement de l’éthanol sera suffisant cette fois-ci pour démarrer pour de bon la construction de l’usine attendue depuis plus d’une décennie? Souhaitons-le, car on a le sentiment que ça pourrait bien être l’occasion de la dernière chance?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *