Vie rurale

La Foire gourmande du nord délaissée par les producteurs ontariens


Le kiosque de Leisure Farms de Sturgeon Falls s'aprête à recevoir des millieurs de visiteurs avec des tartes et du maïs fraîchement cueilli. -Photo MDumont

Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


La Foire gourmande qui s’est tenue à Ville-Marie du 14 au 17 août aurait-elle été abandonnée par l’Ontario? Des 50 kiosques qui présentaient des produits gourmets, seuls quatre venaient de l’Ontario, dont trois étaient occupés par des entreprises du Sud de la province.

Aucun producteur du Témiskaming ne s’est déplacé pour cette 13e édition de ce rendez-vous annuel des gourmands du nord de la province.

En revanche, la seule ferme nord-ontarienne présente sur place, Leasure Farms, a conquis le cœur des épicuriens qui ont goûté à ses produits.

En entrevue,  le président de la Foire, Denis Nolet, confirme que ce ne sont pas tous les producteurs qui reviennent tenter l’aventure chaque année. « Par exemple, cette année,  il y a 10 nouveaux producteurs du Québec. Pour ce qui est de l’Ontario, le renouvellement ne s’est pas fait. »

Subvention coupée
L’une des causes qui pourraient expliquer cet abandon est le fait que Fednor n’ait pas renouvelé sa subvention à la Société d’aide au développement des collectivités qui avait pour mandat de promouvoir les aliments régionaux du nord de l’Ontario. Sa participation à la Foire ne répondait plus à son mandat d’appuyer l’innovation.

Le poste de l’agent de promotion, occupé par Maurice Landriault, a du même coup été abolit. Depuis une douzaine d’années, ce dernier travaillait à augmenter la visibilité des produits régionaux ainsi qu’à sensibiliser les producteurs du Nord de l’Ontario pour faire croître la notoriété des produits régionaux auprès de la population, de l’industrie de la restauration et des épiciers.

Mais le plus grand absent – parce qu’il avait été un ardent promoteur de la Foire– était Pierre Bélanger, cet éleveur de bison dont raffolent les fins gourmets. Ses projets de construction à la ferme ainsi que ses engagements ont motivé son absence à la Foire.

« Je demeure engagé et je prévois être là l’an prochain, » a-t-il cependant confirmé à Agricom. Il confie avoir d’ailleurs été approché par les organisateurs pour agir à titre de vice-président, une proposition pour laquelle il se garde de faire tout commentaire.

« Je vais faire ce qu’il faut pour qu’il y ait la participation de l’Ontario. Je vais collaborer », s’est-il contenté de répondre.

S’il accepte l’offre, ce duo Bélanger-Nolet à la tête du festival  offrirait des perspectives intéressantes puisque les deux  hommes partagent une même vision : être des champions d’une agriculture à échelle humaine. Leur implication dans la Foire s’inscrit dans une volonté d’offrir l’occasion de faire connaître les produits régionaux grâce au formidable chenail de commercialisation qu’est devenue la Foire gourmande.

« Les mœurs changent, indique M. Bélanger. Denis Nolet, qui est propriétaire du Provigo de Ville-Marie, vend les produits régionaux. C’est rentable et le chiffre d’affaire est significatif ».

Malgré cet engouement pour les produits du terroir, impossible de prédire pour l’instant si les étals de bison, de fromage, de bœuf en or, de farine de sarrasin, de sirop d’érable et de confitures seront présents l’an prochain à la Foire gourmande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *