Le 1er octobre 2003

La Fondation Léon Delorme Internationale n’abandonne jamais

Par Chantal Quirion


« Je suis allé en Afrique et mon c’ur est resté là-bas », révèle Léon Delorme, fondateur de l’organisme humanitaire qui porte son nom. Photo C.Quirion.

La Fondation Léon Delorme Internationale invite la population à venir s’amuser et festoyer lors de sa soirée ?Oktoberfest? qui aura lieu le 18 octobre prochain à compter de 18h à la salle communautaire de Bourget. Un souper typiquement bavarois sera servi, accompagné de bières et de vins du pays. Un orchestre de musiciens suisses et une troupe de danseurs bavarois de renommée internationale assureront la partie divertissement.

Cette activité typiquement bavaroise, s’inscrit au nombre des levées de fonds organisées par la Fondation pour soutenir le financement du collège d’agriculture ?Marie Rivier? au Cameroun. Six cents billets sont en circulation et les organisateurs espèrent que les gens de la région répondront à l’invitation en très grand nombre.

L’établissement scolaire Marie Rivier, a vu le jour grâce au soutien financier de la Fondation Léon Delorme Internationale qui, depuis 2001, a amassé des fonds dans cette intention. Cette dernière a d’ailleurs été créée pour réaliser ce projet à Foumbot, dans le diocèse de Bafoussam situé dans le Cameroun de l’ouest.

Des évêques canadiens et africains travaillant de concert à développer des projets agricoles en milieux ruraux au Cameroun, ont par le biais de la Fondation de la Guadeloupe, fait appel en 2000 à monsieur Léon Delorme, ancien agronome et agriculteur bien connu dans la région, pour analyser les sols en terre camerounaise. La vision de misère auquel il sera confronté l’empêchera de rester inactif.

Dès lors, Monsieur Delorme se fixe comme objectif de doter ces gens d’un outil de développement essentiel: un collège d’enseignement en agriculture doté d’un département des arts de métiers et d’une petite ferme. Non seulement pour pouvoir mieux subvenir à leurs besoins alimentaires, mais pour éventuellement permettre le développement commercial encore inexistant.

Il présente ce projet qui sera accepté par les quarante-trois paroisses du diocèse de Bafoussan et mis en forme par le père Galbert Kougoum, le père Zéphirin Moube, monsieur Marc Yotchou et monsieur Emmanuel Fokou.

Monsieur Léon Delorme travaillera alors à trouver les fonds nécessaires pour la mise en chantier. Pour ce faire, il créera la Fondation Léon Delorme Internationale inc qui transigera versus la Fondation de la Guadeloupe pour être appuyée financièrement par l’Agence canadienne pour le développement international (ACDI).

L’école Marie Rivier, compte aujourd’hui quatre classes et est située sur un terrain de dix acres gracieuseté de la paroisse. Les enseignants sont recrutés et rémunérés par le diocèse de Bafoussam. Il reste encore beaucoup à faire et la Fondation Léon Delorme compte sur l’appui de tous, pour poursuivre cette oeuvre humanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *