Volume 30 Numéro 15 Le 12 avril 2013

La gestion de l’offre toujours aussi populaire dans l’Est ontarien


Photo archives

Par Isabelle Lessard, journaliste
redaction@journalagricom.ca


Le système de gestion de l’offre a mobilisé plus de 150 résidents de Glengarry, Prescott et Russell (GPR), le 28 mars dernier. L’Association fédérale libérale du comté a organisé une séance d’informations et de discussions intitulée «Parlons de la gestion de l’offre», à laquelle ont participé quatre panélistes chevronnés : Laurent Souligny, Ron Versteeg, Cathy Jo Noble et Peter Clark.

L’événement qui avait lieu à l’aréna de St-Isidore avait pour objectif en quelque sorte de renforcer l’opinion publique sur cet enjeu d’actualité. « On ne voulait pas nécessairement avoir un débat. On voulait simplement avoir une conversation », a affirmé le président de l’Association libérale de GPR, Connor Quinn, avant d’ajouter que l’opinion des citoyens pour ce sujet étaient toutes les mêmes, quelle que soit leur allégeance politique.

Ce dernier indiqué à Agricom qu’il s’agissait d’un événement fondé sur les préoccupations des citoyens de la région et que le fait que les panélistes invités soient tous pro-gestion de l’offre ne s’agissait pas nécessairement d’une stratégie du Parti libéral pour renforcer son capital politique.

M. Quinn a tout de même profité de la tribune pour rappeler d’entrée de jeu la position favorable de son parti pour le système de gestion de l’offre.

Par ailleurs, des questions au sujet de l’opposition au système actuel de deux candidats à la chefferie du Parti libéral du Canada, Martha Hall Findley et Deborah Coyne, ont été soulevées au cours de la soirée. Le président local a reconnu qu’il y avait divergence d’opinions au sein même du parti, mais a réitéré que « le Parti libéral est pour » le système actuellement en place.

Chaque conférencier a été appelé à représenter un point de vue différent sur le sujet afin de couvrir tous les aspects de cet enjeu. Ainsi, Laurent Souligny, ex-président des Producteurs d’œufs du Canada et producteur d’œufs et laitier à la retraite, a exprimé le point de vue des agriculteurs. Il a entre autres affirmé qu’avant la mise en place du système de gestion de l’offre, les producteurs laitiers, d’œufs et de poulets étaient incapables de tirer un revenu convenable pour leur travail.

Son confrère, Ron Versteeg, a pris la parole en faveur des consommateurs, expliquant que la gestion de l’offre n’affecte pas le prix payé pour les aliments et que ce sont les détaillants qui fixent les prix en fonction de ce que sont prêts à payer les consommateurs.

Pour sa part, Cathy Jo Noble, qui a notamment servi comme directrice de cabinet du ministre des Affaires rurales et comme assistante politique principale du ministre de l’Agriculture, a rappelé l’importance du système actuel pour la vitalité des communautés rurales. Elle juge d’ailleurs que le débat a pris trop de place sur la place publique et dans l’agenda politique.

Finalement, Peter Clark, un négociateur chevronné et chef de file canadien en matière de stratégie des échanges commerciaux internationaux, a notamment comparé la production laitière du Canada avec celle des États-Unis. Il a mentionné que les producteurs américains peinent ou sont incapables de recouvrir leurs coûts de production, malgré les nombreuses subventions accordées par l’état.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *