Volume 29 Numéro 20 Le 22 juin 2012

La partie de cachette est terminée


Photo courtoisie : montanajones.com

Par Isabelle Lessard, journaliste
redaction@journalagricom.ca


Quelques-uns des moutons qui avaient été retirés illégalement d’une ferme ovine mise en quarantaine en avril dernier ont été retracés par la Police provinciale de l’Ontario (PPO). L’Agence canadienne d’inspection des aliments a confirmé le 8 juin dernier que des agents de la police ont retrouvé 26 des 31 moutons portés disparu. Cinq manquent cependant toujours à l’appel.

Les animaux retrouvés ont été euthanasiés afin que des agents puissent analyser les cadavres pour déterminer s’ils étaient atteints de tremblante du mouton ou non, a confirmé Lisa Murphy de l’ACIA par courrier électronique. « Onze agneaux, qui ont été analysés et jugés sensibles à la tremblante, ont également été euthanasiés pour être analysés », a ajouté Mme Murphy.

Puisque l’enquête de la PPO de Northumberland est en cours, ni cette dernière ni l’ACIA n’ont voulu donner beaucoup de détails au sujet de l’endroit où ils ont été retrouvés. Selon le magazine Better Farming, le troupeau a été découvert sur la ferme de M. Miro Malish de Chesley. Ce dernier ignorerait cependant comment les animaux se seraient rendus là et nie toute implication avec le groupe Farmers Peace Corp, celui-là même qui a revendiqué l’enlèvement des brebis portées disparues.

Vérification faite auprès de l’ACIA, le propriétaire de la ferme s’expose à des conséquences puisque toute violation de l’ordonnance de mise en quarantaine est passible de poursuites criminelles en vertu de la Loi sur la santé des animaux. La porte-parole de l’Agence a toutefois refusé de donner des informations supplémentaires à ce sujet.

Les services de police et l’ACIA n’ont pas non plus voulu donner de détails quant à l’état de santé dans lequel étaient les animaux lors qu’on les a découverts. On a cependant confirmé que l’exploitation privée sur laquelle ils se trouvaient a elle aussi été mise en quarantaine, en raison des risques de contagion des bêtes possiblement infectées.

Bien que la maladie ne présente aucun risque pour la santé humaine, l’Agence soutien avoir également pris d’autres mesures zoosanitaires, conformément aux lignes directrices internationale en matière de santé animale afin d’éviter que cette maladie ne se propage davantage au Canada.

Rappelons que la tremblante est une maladie à déclaration obligatoire qu’essaie de contrôler l’ACIA depuis plusieurs années en raison des risques qu’elle représente pour les chèvres et les moutons. Lorsqu’exposés à la maladie, ces deux animaux peuvent se partager cette maladie neurologique mortelle.

Quelque 31 bêtes avaient disparu de la ferme de Mme Montana Jones le 2 avril dernier. Les tests effectués sur une brebis gestante décédée dix-huit jours après ont révélé la présence de cette maladie dégénérative. Une semaine après, des agents de l’ACIA ont ainsi emporté avec eux neuf moutons et les ont euthanasiés dans le but d’effectuer des tests de dépistage sur leur cerveau.

Nous n’avons pas réussi à entrer en contact avec Mme Jones.

Cet événement avait créé tout un émoi au sein de la communauté agricole de l’Ontario puisqu’il s’agissait d’une race classée patrimoniale, Shropshire. Il n’en resterait environ que 120 au pays.

« L ‘ACIA continue de collaborer avec la Police provinciale de l’Ontario qui poursuit leur enquête pour déterminer où se trouve le reste du troupeau de brebis qui a été pris le 2 avril « , a conclu Mme Murphy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *