Volume 28 Numéro 14 Le 23 mars 2011

La production américaine sera-t-elle au rendez-vous

Par Jean-Philippe Boucher, agr. MBA - Conseiller mise en marché des grains
info.agricom@lavoieagricole.ca


Dans moins de deux semaines, le département de l’agriculture des États-Unis (USDA) doit présenter son premier rapport officiel sur les intentions d’ensemencements des producteurs américains. Chaque année, pour les marchés, ce rapport représente un moment clé de l’année. Il dresse un premier aperçu à savoir si oui ou non, l’offre américaine de grain sera en mesure de répondre à la demande au cours de la prochaine année commerciale. Mais cette année est loin d’en être une comme les autres.

Selon les dernières données qu’a publiées le USDA, les inventaires américains de fin d’année de maïs doivent atteindre un creux inégalé depuis 1995-96 de 17,14 millions de tonnes. Pour le soya, la situation est moins dramatique, mais n’en est pas moins précaire alors que les inventaires de fin d’année sont prévus à un niveau de 3,82 millions de tonnes.

La raison qui explique le faible niveau de ces inventaires américains est simple. L’an dernier, les productions de maïs et de soya américains n’ont pas été à la hauteur de leur consommation respective (incluant les exportations).

Cette année, pour éviter la catastrophe, il faut donc que les producteurs américains produisent plus que jamais des quantités importantes de maïs et de soya pour être tout au moins en mesure d’égaler la demande de la prochaine année. C’est pourquoi l’intérêt des marchés à l’égard du prochain rapport du USDA du 31 mars sur les intentions d’ensemencements américains est très élevé.

Selon les premières anticipations, pour le maïs, les prévisions des marchés varient entre 91-93 millions d’acres de semés. Basé sur des ensemencements moyens de 92 millions d’acres et, si les conditions de culture demeurent acceptables, le rendement des producteurs américains devrait s’établir à 4,01 TM/acre, ce qui porte leur récolte 342,4 millions de tonnes.* Malheureusement, ce niveau est encore insuffisant puisqu’il ne répond même pas au niveau actuel de consommation de maïs aux États-Unis établi à 434 millions de tonnes.

Du côté du soya, selon les premières prévisions, la situation n’a rien de reluisant non plus. Les estimations actuelles d’ensemencements américains se situent entre 75 et 78 millions d’acres. Ainsi, basé sur une moyenne de 76,5 millions d’acres d’ensemencée et un rendement moyen de 1,18 TM/acre, la production de soya américain atteindrait 89,09 millions de tonnes.* Sachant que cette année, la consommation de soya américain devrait s’établir à 91,30 millions de tonnes en incluant les exportations, on peut donc ici aussi établir qu’il faudra certainement de très bonnes conditions de culture aux États-Unis sans quoi, les Américains ne parviendront pas à répondre à la demande l’an prochain.

Basé sur ces premières projections, il semble qu’il faudra que le USDA surprenne les marchés le jeudi 31 mars prochain avec des ensemencements américains de maïs et soya supérieurs à la moyenne de leurs attentes actuelles. Advenant que ce ne soit pas le cas, il se pourrait alors très bien que les prix des grains bondissent à nouveau.

 * Pour réaliser ce calcul, il faut aussi considérer que les superficies ensemencées ne sont pas celles récoltées. Ici, ce sont les prévisions de l’agroéconomiste Darrel Good, de l’Université de l’Illinois aux États-Unis qui ont été utilisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *