Le 5 mars 2003

La sécurité alimentaire, une préoccupation internationale

Par Étienne Granger-Juneau, Coordonnateur des projets internationaux


Comme nous l’avions annoncé en décembre dernier, dans le cadre d’un de ses projets de coopération avec le Maroc, le Collège d’Alfred recevait au mois de janvier, quatre membres du corps enseignant de l’Institut agronomique et vétérinaire (IAV) Hassan II à Rabat. Ce projet, qui a débuté en 1999, vise la mise à niveau et l’implantation d’une démarche qualité dans le secteur des industries agricoles et alimentaires au Maroc.

En effet, la sécurité et la qualité des aliments est en train de devenir une préoccupation grandissante au Maroc. Cette préoccupation a débuté il y a déjà de nombreuses années, lorsque les pays importateurs de produits marocains se sont mis à exiger certaines normes de qualité. Ces normes, connues sous l’acronyme HACCP (Hazard Analysis and Critical Control Point), sont répandues à travers le monde entier.

Et le Canada n’est pas en reste dans ce domaine, où il est un des leaders mondiaux. Lors de leur venue au Collège d’Alfred, nos partenaires marocains ont reçu une courte formation donnée par les spécialistes faisant partie du réseau de l’Université de Guelph, ainsi que d’établissements gouvernementaux impliqués dans l’élaboration et l’application de ces normes.

C’est ainsi que les professeurs Amar Kaanane, Mohamed Zahar et Nourredine Bouchriti, ainsi que la secrétaire du projet, ont reçu une formation au Collège d’Alfred et à l’Université de Guelph, au Centre de technologie alimentaire de Guelph (GFTC). Cette formation a porté plus précisément sur l’analyse des risques, les systèmes de gestion des risques, ainsi que sur les risques associés aux dangers des toxi-infections. Les bureaux de Santé Canada à Ottawa, l’Université McGill, ainsi que le Centre de recherche et de développement sur les aliments (CRDA) à Saint-Hyacinthe, ont été mis de la partie pour divers volets de la formation.
Plusieurs employés du Collège d’Alfred ont mis la main à la pâte pour appuyer la cellule internationale, en charge de la formation.

Soulignons notamment l’implication de Michel Laviolette, qui s’est impliqué dans la logistique et l’accueil des marocains et celle de John Koukoutsis, qui fut responsable de mettre sur pied le programme de formation, en prenant bien soin de répondre aux besoins exacts exprimés par notre partenaire outre-mer.

Cette formation, qui fut grandement appréciée par nos quatre visiteurs, était le préambule d’une formation donnée à Rabat, par l’IAV Hassan II, à l’industrie marocaine de l’agroalimentaire. Le premier volet de cette formation est d’ailleurs actuellement en cour, avec la participation d’un autre professeur du Collège d’Alfred, Vania Atudorei.

Le présent projet en est maintenant à sa dernière année d’exécution. Toutefois, ce partenariat de grande qualité qui a été établi au cours des dernières années entre le Collège d’Alfred et l’IAV Hassan II, nous mène maintenant à regarder vers d’autres options de collaboration pour l’avenir. C’est ainsi que notre partenaire a identifié le traitement des eaux usées rurales comme prochain sujet possible de collaboration, étant donné les problèmes grandissants de pollution rurale au Maroc, causée notamment par les 16 000 unités artisanales de production d’huile d’olive.

Tout ceci montre encore comment peut rayonner le Collège d’Alfred à travers le monde. C’est toute la communauté locale qui en ressort grandie. Nous vous tiendrons donc au courant des prochains développements concernant nos projets en phase d’élaboration au Maroc, et aux quatre coins du globe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *