L’agriculture encouragée dans Prescott et Russell


Audrey Lizotte et Mireille Leroux de la Ferme l'Artisan sont au nombre des récipiendaires d'une bourse du Centre d’Entrepreneurship de Prescott et Russell (CEPR).

Par Chantal Quirion


Trois entreprises agricoles sont au nombre des huit récipiendaires d’une bourse remise par le Centre d’Entrepreneurship de Prescott et Russell (CEPR).  Audrey Lizotte et Mireille Leroux de la Ferme l’Artisan à Fournier, David Gratton à la tête de Miels du Boisé/Oh Miel! à Alfred et Lucille Groulx de l’entreprise Le Domaine du Roi à Wendover se sont ainsi qualifiés pour un octroi de 5 000$ pour chacune de leur entreprise. Les octrois totalisent 40 000$.

Ces trois fermes se spécialisent respectivement dans la production de pommes, courges et citrouilles, le miel et la production de champignons de spécialité.

Grâce au programme de subvention Entreprise en démarrage Plus, ces entrepreneures et entrepreneurs ont pu obtenir des conseils individuels de mentors et de l’agent de projet du CEPR, participer à des ateliers d’affaires, des séminaires et des événements de réseautage dont les sujets vont de la rédaction du plan d’affaires aux campagnes de marketing et médias sociaux, en passant par l’établissement d’un budget et d’un discours de vente.

« En plus des conseils judicieux reçus des experts dans leurs domaines respectifs, ces entrepreneurs ont également présenté devant un panel style « l’œil du dragon » afin d’obtenir la subvention d’une valeur maximale de 5 000 dollars chacune. Cette aide financière, sous forme d’octroi non remboursable, pourra aider avec l’achat d’équipement, l’achat d’inventaire, les dépenses marketing, les frais d’immatriculation et de formation et les frais divers entrepreneuriaux », mentionne Benoit Brunette, l’agent de projets du CEPR. 

Ferme l’Artisan

Les propriétaires de la Ferme l’Artisan, Audrey Lizotte et Mireille Leroux.

 La Ferme l’Artisan propose l’autocueillette dans son verger à Fournier, un endroit au cachet rustique et familial. Depuis 2015, les propriétaires Audrey Lizotte et Mireille Leroux approfondissent leurs connaissances de la fabrication du cidre alcoolisé.

« On est vraiment contentes. Cet argent va nous servir à la recherche et au développement pour notre cidre alcoolisé », indique Mme Lizotte.  Le processus pour se qualifier pour cette bourse est exigeant, dit-elle, mais les retombées vont au-delà de l’argent. « Ça nous a permis de terminer notre plan d’affaires », dit-elle en indiquant qu’il y a encore beaucoup d’investissements à faire. Néanmoins une étape cruciale vient d’être franchie.

En attendant ce cidre alcoolisé, les propriétaires offrent leur jus de pommes à la boutique qu’elles ont aménagée dans l’ancienne écurie de la propriété. On y retrouve aussi quelques produits gourmands fabriqués à la ferme. Confiture de framboises, beurre de pommes, gelée de pommettes et nouveau de cette année, le vinaigre de cidre de pommes.

Sur cette belle lancée, la Ferme l’Artisan se réjouit de la tendance actuelle puisqu’il y a présentement beaucoup de développement de marché pour le cidre alcoolisé en Ontario. Les propriétaires comptent à court terme planter de nouvelles variétés de pommes dans leur verger, des arbres réputés pour la fabrication du cidre.

Oh miel!

Pour sa part, l’apiculteur David Gratton entend continuer à développer ses produits que l’on retrouve sous l’étiquette Oh miel! L’entreprise a pris naissance chez son grand-père à Alfred. Ainsi, Gérard Gratton qui cherchait au départ un hobby, a donné la piqûre à son petit-fils.

« Je suis devenu accro et j’adore apprendre. J’ai commencé il y a trois ans avec l’aide de mon grand-père. On a commencé avec huit ruches la première année et on a atteint les cents cet été », indique le jeune homme.

Le plus gros rucher est chez son grand-père, il en a d’autres à St-Isidore et une partie se trouve à Ottawa. La saison prochaine, il en amènera à la Ferme l’Artisan et deviendra du coup leur nouvel apiculteur. Les deux entreprises se sont rencontrés justement dans le cadre du programme de subvention Entreprise en démarrage Plus. Mme Leroux et Lizotte avouent avoir été séduites par la ligne de produits et la finesse de la présentation de Oh miel! M. Gratton précise d’ailleurs qu’il est dans ses objectifs de se démarquer par son image de marque.

D’ici cinq ans, le jeune entrepreneur vise avoir 500 ruches et aimerait ajouter la pollinisation commerciale à son arc. Il compte bientôt se mettre à l’élevage de reines. Côté développement de marché, il travaille sur un hydromel qui devrait être commercialisé d’ici trois ans ainsi que plusieurs produits dérivés de la cire d’abeille.

Son grand-père continue à l’aider à la miellerie pour l’extraction, la mise en pots et la pose des étiquettes.

Le Centre d’Entrepreneurship de Prescott et Russell (CEPR) est un organisme sans but lucratif qui a comme mission d’aider les petits entrepreneurs à réussir dans Prescott et Russell en offrant de l’information, des outils et un soutien lors de leurs phases de démarrage et de croissance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *