L’agriculture se poursuit au Collège Boréal



Par Chantal Quirion

Ce sera la troisième année pour le programme Techniques agricoles sur le campus de Sudbury du Collège Boréal. Lentement mais sûrement l’établissement d’enseignement se dirige vers son objectif de dix étudiants dans cette discipline.

De trois étudiants au début, ils seront six à la prochaine rentrée, le 4 septembre.  Le responsable du programme, l’enseignant Daniel Lapointe, a toujours été sûr que la reconnaissance du public s’établirait en même temps que la bonne réputation du programme.

Cette année, il est d’autant fébrile que des investissements majeurs ont été effectués.

« À date, tout est dans le collimateur pour augmenter le recrutement à une dizaine d’étudiants par année », affirme le responsable en précisant que ce « tout », comporte entre autres une nouvelle serre de 30 pi x 125 pi à la fine pointe de la technologie, de nouveaux tracteurs et de nouveaux équipements horticoles. L’inauguration officielle sera célébrée sous peu.

« Notre programme commence à se faire connaître », renchérit pour sa part la vice-présidente à l’Enseignement, Lyne Michaud.

Celle-ci mentionne entre autres, la participation du Collège Boréal à deux projets en production bovine à la Ferme expérimentale de Kapuskasing destinés aux communautés autochtones de cette région.

« Deux beaux projets », apprécie-t-elle. Du même souffle elle indique qu’un accent particulier est mis sur le volet international. Des étudiants étrangers viennent, en particulier dans la spécialisation agricole.

« Ce n’est jamais évident pour les collèges francophones d’attirer des étudiants étrangers. » La vice-présidente est donc heureuse d’annoncer que dix étudiants africains sont inscrits en agriculture pour la session d’automne. Il y a toutefois un hic et elle devra composer avec. L’émission de leur visa est toujours attendue.

Le volet international se manifeste aussi par le biais de projets qui ont été amorcés au Mali et qui ont toujours cours. Un article y sera consacré prochainement dans Agricom.

Projet d’incubateurs

Comme la nouvelle serre peut être subdivisée en quatre salles indépendantes, l’idée d’aider au démarrage d’entreprises devient une possibilité envisageable.

« Dans la région, c’est pas mal le profil végétal qui prime. On aimerait pouvoir servir d’incubateurs », explique M. Lapointe. Son souhait : que des gens viennent en disant : J’ai un plan d’affaires et j’aimerais que le collège me loue certain matériel. « On le ferait à un prix très abordable », assure-t-il.

Techniques vétérinaires

Dans l’Est ontarien, le programme de Techniques en soins vétérinaires du Collège Boréal demeure très populaire sur le campus d’Alfred.

« C’est notre 19e cohorte. On est à la veille de notre 20e », mentionne Mme Michaud en précisant que le programme est également offert à Sudbury.

À Alfred, ils seront 26 étudiants à faire leur entrée. Le nombre d’inscriptions est contingenté à 30. Parmi les nouvelles, l’embauche d’un nouveau membre à temps plein au sein du corps enseignant destiné à cette technique est accueillie avec plaisir.

« On a créé un poste à temps plein. On accueillera Stéphanie Campbell, une diplômée de Boréal en 2001. »

À quelques jours de la rentrée, tout le monde est à son poste, fin prêt à recevoir les étudiants.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *