Volume 26 Numéro 14 Le 18 mars 2009

Laurent Pellerin et la FCA pronent un accord « équilibré » à l’OMC

Par André Dumont, collaborateur régulier


C’est auprès des membres de l’UCFO que Laurent Pellerin a fait sa première sortie publique en tant que président de la Fédération canadienne de l’agriculture. Photo André Dumont.

Les convives du banquet du 80e anniversaire de l’UCFO ont reçu comme invité d’honneur nul autre que le premier francophone à occuper la présidence de la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA).

Élu à peine une semaine plus tôt, Laurent Pellerin participait pour la première fois à un événement public en tant que président de la FCA.
« J’ai accepté l’invitation à titre personnel, surtout parce que c’est le 80e anniversaire de l’UCFO », a confié l’ancien président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), qui est également producteur porcin.

Laurent Pellerin a d’abord fait un rapprochement entre les 80 ans de l’UCFO, les 85 ans de l’UPA et les 80 ans du journal La Terre de chez nous. Les agriculteurs des années 1920 ont cru que c’est en se regroupant qu’ils arriveraient à survivre à la crise économique, a-t-il expliqué.

À la crise financière d’aujourd’hui s’ajoute l’incertitude sur l’issue des négociations à l’OMC.

Laurent Pellerin a rapporté que les négociateurs sont aujourd’hui en attente de la nomination d’un secrétaire au commerce aux États-Unis. Le premier choix du président Barack Obama pour ce poste a dû démissionner en raison d’antécédents avec le fisc.

Il faudra ensuite voir si l’administration Obama voudra revoir le fond des textes actuellement sur la table. Si c’est le cas, les négociations se compliqueront et s’étireront davantage.

La FCA souhaite une entente à l’OMC, a déclaré Laurent Pellerin. La FCA supporte une position dite « équilibrée », selon laquelle chaque pays pourra identifier des productions sensibles destinées au marché domestique, tout en exportant d’autres denrées.

Plusieurs pays partagent cette position, soutient Laurent Pellerin. « Les pays du Sud veulent exporter des bananes, des ananas et du café, mais ils veulent aussi des protections pour des produits sensibles comme le riz. »

Laurent Pellerin a également fait état des priorités de la FCA à l’échelle canadienne. Le nouveau président souhaite d’abord renforcer le membership de la FCA et mieux saisir les besoins des membres.

Dans un deuxième temps, la FCA voudrait intensifier ses efforts de lobbying auprès des gouvernements provinciaux et fédéral.

Troisièmement, la FCA cherchera à établir des partenariats avec les acteurs des autres secteurs de l’agroalimentaire comme les transformateurs, distributeurs et restaurateurs.

La FCA militera aussi pour une meilleure identification des produits fabriqués au Canada. La région de provenance pourrait aussi faire partie de l’étiquetage, a suggéré Laurent Pellerin.

Les convives étaient visiblement comblés par les propos parsemés d’humour de Laurent Pellerin. Au moment de le remercier, le président de l’UCFO Denis Boudreau a déclaré: « Je suis tellement content d’avoir un président de la FCA qui nous parle en français. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *