Volume 32 Numéro 20 Le 19 juin 2015

L’avancement des négociations du PTP

Par Philippe Etter


Les négociations du partenariat économique et de libre-échange Trans-pacifique qui regroupent 12 pays, dont le Canada, sont présentement dans le dernier droit comme vous l’avez sûrement entendu parler dans les médias. Les représentants des différents pays se sont récemment rencontrés pour deux semaines d’intense négociation sur l’île de Guam. Ces négociations sont le fruit de quatre années de travail de la part des différents membres invités au tour de la table.

La dynamique des négociations est très fortement influencée par deux grands facteurs.

Premièrement, les négociations entre les deux plus grosses économies du partenariat, soit les États-Unis et le Japon. Au départ, il y avait une grande différence de philosophie économique entre les deux puissances. Cependant, avec l’arrivée récente au pouvoir d’un parti plus favorable au libre-échange au Japon, les deux pays se sont rapprochés sur plusieurs points.

Deuxièmement, les politiques domestiques américaines ont eu et auront un grand impact face à une conclusion des négociations du Trans-pacifique. Le président américain Barack Obama, à récemment proposé au Congrès américain un « Trade Promotion Authority » (TPA), qui a pour but d’accélérer l’adoption d’accords commerciaux. Le président s’est même présenté au Capitole afin d’influencer le vote. Il a tout de même essuyé un revers puisqu’il n’a pas été en mesure de rallier les membres du parti démocrate. Ce n’est que partie remise, car d’autres votes auront lieu prochainement afin de faire accepter le TPA. Par contre, si le vote ne passe pas, cela pourrait avoir de grandes conséquences face au futur du partenariat trans-pacifique car les négociateurs américains et, par le fait même, le président Obama n’auraient pas l’autorité de signer l’Accord.

Pour ce qui est du Canada, une entente PTP signifierait d’entrée de jeu un plus grand accès à des marchés en émergences. Ces gains seraient principalement dans des pays comme le Japon, avec un grand pouvoir d’achat, et le Vietnam ou la Malaisie, dont les économies sont en forte croissance. De plus, cette entente solidifierait nos liens commerciaux avec nos voisins américains. Plus de 2 milliards de biens et services traversent la frontière chaque jour entre les deux pays.

Maintenant, il est clair aussi que certaines pressions sont exercées sur le Canada par rapport à nos politiques agricoles et notre système de gestion de l’offre. Cependant, il est important de mentionner que chaque pays possède certaines commodités qu’ils veulent protéger ou favoriser. Donc, nous ne sommes aucunement les seuls autour de la table à vouloir un traité de libre-échange, mais en gardant un certain contrôle local.

En conclusion, les prochaines semaines risquent d’être primordiales pour la signature ou à la mort du partenariat Trans-pacifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *